29/10/2018 : Se retrouver en toutes choses.

« Pour faire naître le plaisir du corps, il suffit de le caresser, le toucher…
Pour faire naître celui de l’esprit, il est nécessaire de l’aimer, et de le lui faire ressentir. » 

Je pensais écrire une deuxième partie concernant mon anniversaire.. . Je m’en excuse mais je ne le ferais pas.

Les mots que N/nous avons échangés cette nuit là resteront pour cette fois entre N/nous.

Pas que je m’impose une censure non… Mais certaines choses doivent parfois rester entre le Maître et Sa soumise et je n’ai ni l’envie ni le besoin d’écrire ces mots pour avoir à nouveau à revivre les émotions qui y ont été liées.

Bientôt un mois que je n’ai rien partagé avec vous ici … Mais il y a eu ce besoin pour moi de me recentrer  de me retrouver.

Un besoin d’analyser, de comprendre et d’en tirer certaines conclusions.

J’ai donc pris ce temps pour travailler sur moi.

Puis sont arrivées N/nos vacances. Une dizaine de jours sans se voir… Bien peu au regard des 5 semaines de cet été  je vous l’accorde  Néanmoins, ce temps a été mis à profit de mon côté. Car j’ai eu le temps de savoir ce que je voulais, ce que j’attendais et ce que je devais faire pour y arriver.

Ces 10 jours ont été très utile, bien que le manque reste toujours présent. Chaque jour.

J’ai proposé à mon Maître de tenir un carnet. Un lieu où il pourra lire chacune de mes réflexions  questions…un lieu où seul Lui et moi échangeons, sans jugement, sans filtre. Un lieu qui Lui permet donc de savoir où j’en suis à chaque instant. Je peux tout y glisser  Mes envies, mes besoins, mes colères, mes peurs… Tout y passe. Cela demande encore un peu de travail car j’ai encore un peu de difficultés à tout y mettre. Mais je ne doute pas que cela prendra tournure.

Aussi en plus de V/vous parler de moi et de ce que je deviens, voici un partage de N/notre déjeuner de ce Lundi… Oui oui .. Un lundi. Sourire

À Sa demande, cette semaine comportant un jour férié, jeudi de surcroît, N/nous nous retrouvons donc lundi midi, plutôt que notre mardi midi habituel… De mon côté, j’étais préparée à ne le retrouver que mardi midi cette semaine, et l’annonce de cette modification de planning m’a confortée dans Son désir de me voir et de passer du temps avec moi… Ce qu’Il m’a confirmé, Lui-même en ayant besoin.

J’ai pris soin de me préparer dès la veille, sachant ma matinée de reprise au travail légèrement chargée… Au moment de prendre la route, je réalise soudain que je n’ai pas pris mon collier ! Horreur ! Ce dernier se trouve dans mon autre sac à mains à la maison …Je le Lui signale aussitôt.

« Ahhh bravo !! »

Sur le moment j’hésite… Que dois je faire ? Je sais que je n’ai pas à me présenter devant Lui sans mon collier… Cela a déjà eu lieu il y a un peu plus d’un an…( http://soumise-sakura.com/ma-faute-mon-erreur/) et j’avais reçu l’ordre de rester chez moi. Mais là  pas de message en ce sens. Au fond de moi, je sais que je Lui suis soumise bien au delà de mon collier. Il en est la représentation matérielle, physique, certes … Mais je suis Sa soumise avec ou sans ce collier. Je décide de ne pas faire demi tour, confortée par ce sentiment d’être celle que je suis malgré l’absence de mon collier. Et je me dis qu’Il saura de toute façon relever ma faute.

J’arrive sur le parking et Lui signale que je suis stationnée

« Viens »

Je souris. Je ne me suis pas trompée.

Je rentre le rejoindre… Et je n’ai pas le temps de m’approcher de Lui qu’Il m’ordonne de monter à l’étage. Le ton n’est ni impérieux, ni vif. Il est calme et posé.

Je pénètre dans le salon et tout en posant mes affaires je remarque 2 choses : N/nos verres sont déjà servis .. Et mon tapis n’est pas là. L’a-t-Il retiré du fait que j’ai oublié mon collier ?
Je laisse mes questions en suspend et verrai bien de quoi il retourne selon l’attitude qu’Il adoptera et je sais que je m’adapterai.

« Viens là »

Il est assis au salon, et je viens prendre place à genoux face à Lui. Suivra un moment de tendres caresses, tendres et délicieuses. Je me love contre Lui, avec cette envie de me fondre au plus profond de Sa chair. De ne faire qu’un.
Ses mains glissent dans mes cheveux, relevant mon visage vers le Sien pour m’offrir un échange savoureusement délicieux de baisers gourmands.

Tout mon corps semble répondre à ces instants… J’ai faim de Lui, de N/nous. Je brûle intérieurement, victime de mes désirs et autres besoins. Qu’il est bon d’être là, de le savoir si près de moi.
Je reste assise à Ses pieds, et N/nous discutons de choses et d’autres, tout en sirotant N/notre apéritif.

Puis vient le moment de préparer N/notre déjeuner. Ce que N/nous faisons à tour de rôle.
N/nous passons à table  discutant encore tout en déjeunant. Certains sujets (non, en fait « LE  » sujet… Sourire) sont abordés le plus naturellement du monde. Et je suis soulagée de voir d’une part, la facilité de N/notre échange, et d’une autre part, que cela fait désormais partie de moi aussi et que je ne le subis plus. Tout va donc très bien. Et cela me réconforte. Je n’ai plus ce sentiment d’avoir à me mettre en retrait pour réussir à L’ entendre en parler, non. N/nous pouvons librement échanger à ce propos. Soulagement qui a toute son importance pour moi : je peux rester la même et n’ai plus besoin de me protéger.

Le déjeuner terminé  je reprends place à Ses pieds.

J’ai le sentiment que ma punition pour l’oubli de mon collier, sera un déjeuner des plus sage. Cela ne me blesse pas, je trouve même que c’est logique et mérité. Après tout, je m’estime déjà heureuse de ne pas avoir été renvoyée à la maison !
Donc là aussi, tout va bien
Cependant  au bout de quelques minutes…

« Tu vas t’occuper de moi ? »

Je tourne mon visage vers Lui, affichant alors un majestueux sourire, à l’idée du plaisir que je vais prendre à Lui en donner. Mais également en constatant que mon jugement était erroné.
Il retire Son pantalon… Me présentant Sa queue déjà dressée… Délicieusement désirable et désirée.

J’aurai toutefois aimé pouvoir le déshabiller moi même… Pouvoir jouer de mon désir au travers de mes mains ou de mes yeux plantés dans les siens…

Je ne Vous cache pas qu’il est inutile qu’Il me dise quoique ce soit pour m’autoriser à venir me servir de ma gourmandise ! Je me glisse à genoux entre Ses cuisses, lève mes yeux vers Lui une dernière fois afin de vérifier que je peux en effet me servir… Et j’entrouvre mes lèvres que j’humidifie légèrement au préalable..  Et le voilà lové dans la chaleur humide de ma bouche. Un léger soupir de soulagement de Sa part…qui me ravie. Ma langue glisse et s’enroule. Déguste avec plaisir. Et je peux effectivement sentir que oui, ça lui avait manqué.
Il me le confirme en gémissant de plaisirs sous ma langue. Ses mains retiennent par moment mes cheveux.
Ma bouche se charge de ma salive.

« Et je suis sûre que tu en es toute mouillée »

Petite appréhension. Légère. Car je sens que je le suis… Mais je ne saurais dire si c’est  »assez  »…
Sa main glisse entre mes cuisses, et vient mesurer l’intensité de mon excitation:

« C’est bien ce que je disais!  »

Je souris, satisfaite d’être mouillée à souhait et de le Lui prouver.
Je reprends ma dégustation, avec envie et gourmandise.

« C’est bien ça! Je sens que tu t’appliques »

Mon piercing vient glisser sur son gland, je mêle aspiration et jeux de langue avec l’envie de le voir venir exploser dans ma bouche.
Il me repousse la tête:

 »Ça n’était pas prévu au programme, mais tu m’excites trop. Descends ton string à tes genoux, j’ai envie de te baiser »

Je m’exécute sur le champs, prise d’un léger doute comme chaque fois que je suis interrompue dans la dégustation de Sa queue. Mais Il en a envie. Donc ce n’est pas ma prestation qui est en cause. Fin de la parenthèse.

Il se place dans mon dos et moi à genoux au sol, mains posées sur le canapé, cambrure offerte à Son plaisir, j’attends de Le recevoir. Impatiente.
Une impatience vite soulagée : Il vient prendre possession de mon antre humide.
Ses gémissements trahissent le plaisir qu’Il prend à se glisser en moi. Les miens ne font pas défaut non plus. Le sentir me prendre… Je me sens sienne, entière et pleine de Lui. Avec cette envie de plus… Plus de Lui, plus de force, plus d’intensité… Plus de tout. Comme une envie de baise violente et charnelle à la fois. Un de ces moments à N/nous, qui ne N/nous appartiennent qu’à N/nous.
Un moment hors du temps où je suis Sa catin…

« Tu es une petite Salope ! Tu le sais ça ? »

« Oui mon Maître »

 »Dis le »

« Je suis Votre petite Salope »

« Mais tu n’as pas ton collier il me semble »

« Oui, c’est vrai, mais je n’en suis pas moins Votre soumise, avec ou sans collier. Je le suis H24 »

Et Le voilà qui me pilonne, plus fort, plus loin.. Répondant à mes envies de plus encore… Je vrille… Prise d’un plaisir intense de le retrouver, d’être avec cet Homme devant qui je peux être toutes celles que je ne peux être ailleurs.
Mon Maître. Le mien et nul autre.
Toutefois, il est bon de marquer le coup et de « punir » cette absence de collier… Punition qui n’en est pas vraiment une…
Il se saisit de la télécommande à Sa droite et vient m’en claquer le cul.. Je souris amusée du détournement de cet objet du quotidien (que je ne regarderais plus de la même façon… Rires) et le châtiment qu’Il m’impose redouble mon plaisir bien que je ne sois pas habituée à l’impact de la télécommande sur mon cul… Et il est vif.

« Tu en garderas un joli bleu »

L’idée me plaît… Me comble.. Une marque…
Le plaisir m’innonde et je me laisse aller à ma jouissance qu’Il veut entendre.
La Sienne suit de près… Et vient parfaire mon plaisir.
À genoux et comblée de ce moment qu’Il N/nous a offert… Je reprends doucement mes esprits, n’attendant pas Son autorisation pour me rhabiller… Chose qu’Il me fait remarquer. Peut-être un besoin de sentir un peu de pression sur ma laisse ? Je ne sais pas…sourire.

Tant de choses ont évolué en moi ces derniers temps, tant de choses à venir qui vont modifier certaines choses sans que je ne sache vraiment ni quoi, ni quand, ni comment.
Mais voilà. Aujourd’hui j’ai pris conscience d’une chose : je suis un repère. Cette chose immuable qui ne changera pas pour Lui. Je suis Sa chose. Sa soumise. Je suis à Lui, et oui, Il est à moi. Et tout deux, quoique demain nous réserve, N/nous formons ce N/nous que personne ne peut N/nous retirer.

Aujourd’hui j’ai confiance en moi. Ciel… Je l’écris, je le dis…
Comme quoi… Tout arrive.
Aujourd’hui je suis encore plus décidée à N/nous offrir ces moments uniques.
À rendre chacun de N/nos instants des plus agréables. Pour lui, pour moi, pour N/nous.

Aujourd’hui j’ai confiance en N/nous et en ce que N/nous sommes.
Dans chacun de N/nos moments, qu’ils soient purement BDSM ou plus sage… Ils n’en sont jamais moins D/s, car Il est Lui et je suis celle qu’Il a fait de moi. Chaque jour… Il m’accompagne.
Il est bien plus qu’ une simple pensée… Il est une caresse, une présence… Un tatouage encré dans mon âme bien plus que dans ma peau.

Mon Maître… Qu’il est bon de N/nous retrouver!

2 réflexions au sujet de « 29/10/2018 : Se retrouver en toutes choses. »

  1. Coucou Sakura, merci de ce nouvel article.
    Je comprends que tu aies envie de garder la Partie 2 de ton anniversaire entre ton maître et toi.
    Je suis contente que tu aies eu conscience qu’avec ou sans ton collier, tu es et restes La soumise de ton maître. C’est notre attitude, notre mental qui définit ce que nous sommes.
    Tendrement je t’envoie des bises.
    Galathee

Laisser un commentaire