Archives

« Si….Tu seras un Homme mon fils » – Rudyard Kipling

 

Si tu peux voir détruit l’ouvrage de ta vie
Et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir,
Ou, perdre d’un seul coup le gain de cent parties
Sans un geste et sans un soupir ;

Si tu peux être amant sans être fou d’amour,
Si tu peux être fort sans cesser d’être tendre
Et, te sentant haï sans haïr à ton tour,
Pourtant lutter et te défendre ;

Si tu peux supporter d’entendre tes paroles
Travesties par des gueux pour exciter des sots,
Et d’entendre mentir sur toi leur bouche folle,
Sans mentir toi-même d’un seul mot ;

Si tu peux rester digne en étant populaire,
Si tu peux rester peuple en conseillant les rois
Et si tu peux aimer tous tes amis en frère
Sans qu’aucun d’eux soit tout pour toi ;

Continuer la lecture

Séance du 28/09/2017 : De sortie.

Miracle.

Pour une fois je réussi à être à l’heure, même en avance, à Sa grande surprise. Et la mienne aussi je dois dire. Mais j’avais fait en sorte que cela soit possible pour une fois.

Je pousse la porte et m’installe à ma place, sur mon tapis. L’attente. Ce moment où glisse en moi ces millions de ressentis, de questions : Me regarde-t-Il? Que me réserve-t-Il? Qu’aime-t-Il en moi? Que se passe-t-il là, dans Sa tête, à cet instant précis? Aime-t-Il mon corps? Mon âme? Ma façon d’être? Comment puis-je qualifier N/nos « sentiments »? ou encore simplement suis-je une bonne soumise? Suis-je à la hauteur de Ses attentes? Lui suis-je essentielle? Ou juste une parmi d’autres?

Continuer la lecture

Séance du 07/09/17: Moi je veux Vivre!

Ce ne sera pas vraiment un récit de séance pour une fois.

Non pas qu’il n’y en ait pas eu une. Je crois que s’en était une. Sûrement. Mais je ne l’avais pas comprise. Et de fait, je m’y suis vite perdue, perdant ainsi ma connexion à Vous mon Maître…

Pourquoi ? La soirée avait pourtant bien commencée. Je Vous ai rejoins dans ce bar où N/nous avons pris un verre ensemble. Un moment agréable, où je me plais à être à Vos côtés.

Continuer la lecture

05/09/2017 : Prendre son temps

 

« Elle ne dérangeait personne. Elle n’entrainait personne dans sa déviance. (…) Son acte était individuel, conforme à ses envies, répondant à ses besoins. Ça ne regardait qu’elle. C’était sa vie et elle avait choisi d’en faire ce qu’elle voulait. Et ce qu’elle voulait, c’était être à Lui. »  L’Esclave – Éva DELAMBRE

 

Le temps…. oh oui, le temps! Celui dont on dispose, ou celui qui passe… Celui là même qui peut être un supplice quand il est trop court, ou trop chargé de silence, ou une véritable délivrance quand il s’éternise dans ces instants de plaisirs partagés.
Cette notion relative est différente selon la perception de chacun de N/nous : selon que l’on soit celui qui vit un instant unique ou celui qui attende de le vivre, la perception du temps n’est pas la même. Trop court pour le premier, trop long pour le second…et pourtant…

Ce temps là, celui qu’il m’est offert de passer à Ses côtés, n’est jamais assez long. Mais, il l’était encore moins quand ma pause déjeuné se limitait à une petite heure en Sa présence. Aussi, j’apprends à profiter de chacun de N/nos précieux instants, de chaque heure, de chaque minute où je suis à Ses pieds. Bien qu’il n’y en ait jamais assez pour l’insatiable gourmande que je suis. Sourire.

Ce matin là, je prenais le temps de me préparer, libre de mes activités pour quelques mois, plus calme, plus posée, plus tranquille. Ces instants toute à Lui, avant même d’être avec Lui.
Je L’informais de mes préparatifs, Lui demandant du coup pour quelle heure je devais me présenter.

« Sois prête avant 11h »

Continuer la lecture

Déjeuner du 29/08/17 : À ma place

Comme il est bon de me réveiller ce mardi matin…. Mon corps,  bien qu’encore enveloppé par la nuit, est déjà attisé de savoir que je Vous rejoins ce midi.

Chaque geste est devenu un rituel. Et je m’observe effectuant chacun d’eux avec en moi ce désir sourd et entêtant de m’abandonner à Vous.

Je Vous glisse alors mon état d’âme au sein de mes salutations, Vous indiquant ce que je vois au travers de ce nouveau mardi plein de promesses :

Continuer la lecture

Évolution… Et apaisement.

« Évolution » ou combien parfois j’arrive encore à me surprendre moi même.

Être soumise comme je le suis, et comme nombre d’entre nous le sont, est un art délicat, où nous devons naviguer entre deux mondes : le N/notre, plus chocolat  et le notre, tellement vanille.

Je dis  » comme je le suis  » car on me reconnaît entière et passionnée.  Je m’explique : je ne suis pas dans la demi mesure. Quand je fais quelque chose, quand je m’engage dans quelque chose, je m’y mets corps et âme, avec fougue et passion, et d’autant plus si j’y crois profondément, ou si j’en retire un bénéfice propre.

Continuer la lecture

Vacances !!!

 

Et oui !!!

Il en faut aussi pour se reposer. Enfin, il paraît.

Donc voilà, je suis sous le soleil, languissante de retrouver mon Vénérable Maître. Peaufinant le doré de ma peau.

Un compte à rebours intérieur commence pour moi. Jamais je n’ai été séparée de Lui aussi longtemps.

Continuer la lecture

Séance du 21/07/2017

Avant de commencer, je tiens à m’excuser auprès de mon Maître  pour le retard de cette publication. En effet, cette semaine j’ai connu un vrai yoyo émotionnel, et encore plus sur ma soirée de samedi soir. Comme si il existait en moi plusieurs soumise. 

Je m’explique : je peux passer du bien être absolu au doute le plus profond en un simple claquement de doigts. Je perds alors tous mes repères. Je panique. Je perds le nord, le sud, l’est et l’ouest en même temps ! C’est dire. Mais voilà, je ne V/vous apprend rien en V/vous disant combien tout est décuplé dans ce genre de relation. Surtout quand il y a une grande part de sentiment. 

Continuer la lecture

Pause déjeuner…. 18/07/17

Avant d’attaquer le récit de ma pause déjeuner, que je languis toujours avec une grande impatience, je dois Vous expliquer les jours précédents qui m’ont fait prendre place aux pieds de mon Maître ce midi là,  en proie au doute, et extrêmement triste.

Bien sûr, il y a déjà ce 14 juillet, qui tombe un vendredi. Mon Maître ne peut donc pas me recevoir pour N/notre séance du jeudi. Je le savais, et l’acceptais. Je le vivais bien, même si mon manque de Lui était toujours présent.

Continuer la lecture