Archives

Séance 26/09/2017 : Votre retour

 

« Ferme les yeux, tout ce que tu vois t’appartient. » – Jean Giraudoux.

 

11h30 : Je devrais déjà m’être présentée à Vous, mais décidément, je joue de malchance avec cette horloge qui m’inflige des retards consécutifs.

11h47 : Je vous rejoins enfin! Je passe la porte de Votre lieu de travail, et je Vous vois: mes yeux glisse sur Vous. Vous êtes là. Juste là devant moi. 12 jours sans votre présence, sans Vous. Sans N/nous.
12 jours où mon esprit s’est nourrie de ma faim de Vous. Et je Vous observe, ces quelques minutes où Vous ne tournez pas la tête vers moi. Pas de suite, me laissant languissante, me laissant en attente. Votre peau, Vos bras, Votre cou, Votre nuque. J’inscris en moi chacun de ces détails que j’aime tant de Vous. Et je réalise combien Vous m’avez manqué.

Je suis là, derrière Votre comptoir, à Vous observer, attendant Votre regard, avec cette envie de venir à Vos pieds, de me jeter face contre terre, Vous présenter mes respects. Et Vous tournez la tête vers moi:

« Tu as décidément un problème avec la ponctualité! »

Une petite pique que j’accepte sans aucun problème car je sais que Vous tenez à la ponctualité. Mais je lis dans Vos yeux le plaisir de me voir, je vois à Votre sourire que oui, je Vous ai manqué.

Vous Vous levez, me tournant le dos, et je continue de Vous observer: Vos épaules musclées, Vos fesses…. Oh mon Maître!! Vos fesses!!! Votre corps est un supplice pour moi qui meurt d’envie de Vous toucher. Ce corps qui me fait chavirer, auquel je m’abandonne. Je n’ai qu’à fermer les yeux pour revoir encore et encore ces images de Vous, et je ne m’en prive pas.

Vous venez vers moi, me tendant un billet:

« Va N/nous chercher une bouteille de vin. Fraîche si possible »

Je traverse la route, entre dans ce magasin. La vendeuse me fixe un instant. Décolleté profond, jupe en cuir noir, veste en cuir rouge…. et bien évidement, mon collier. C’est celui-là qu’elle fixe en me disant « Bonjour ».

Continuer la lecture

Séance du 14/09/17: Vos cadeaux

 

« Une femme amoureuse est une esclave qui fait porter les chaînes à son Maître. » – Etienne Rey

 

A Votre demande, je Vous rejoins dans un bar.

Vêtue d’une robe au décolleté aguicheur, mon collier à mon cou, je m’installe face à Vous. Vous me dites me trouver très en beauté, bien que N/nous ne soyons pas spécialement assorti ce soir…sourire. N/nous prenons donc un verre et discutons. Tranquillement, au milieu de N/notre conversation, Vous m’annoncez que Vous n’aurez pas d’accès internet pendant Votre déplacement, prévu les 8 prochains jours.
Que, de fait, Vous ne serez pas en mesure de recevoir mon rituel quotidien, à savoir, mes salutations, mon programme et ma tenue du jour. Vous me dites donc que cette semaine à venir, je serai libre de cette obligation. Vous plongez Votre regard dans le mien, à la recherche surement d’un signal Vous indiquant que tout va bien et que je digère correctement l’information. Je réalise soudain que N/nous n’aurons pas de contacts durant ces 8 jours et 7 nuits: aucun message, aucun mot. rien. Le vide. Le néant.

Continuer la lecture

Déjeuner du 12/09/17… Joueuse.

 

« Ce n’est pas l’amour qu’on ressent, mais celui qu’on inspire qui fait faire les plus grandes folies ». – Alphonse Doudedot.

 

Et me voilà en retard ! Je déteste ça et je sais que Lui aussi. Mais voilà, les petits impondérables de la vie.

Je me stationne. Vêtue d’une petite robe noire, escarpins, mon collier, fièrement posé à mon cou, j’arpente les rues, sentant les regards se poser sur moi.

Au moment où j’arrive dans Votre rue, je Vous vois, debout, sur le pas de la porte. Impatience mon Maître ? Sourire…. Je ne pense pas…

A peine arrivée :  » Attend moi là »

Vous traversez la rue… Je comprends que Vous allez chercher N/notre déjeuner. Étant arrivée trop tard pour pouvoir le faire. Je Vous attends dans l’entrée… Je ne Vous le cache pas, moi, impatiente. A Votre retour, Vous fermez la porte, Vous approchez de moi, mon cœur doucement s’emballe, et Vos lèvres viennent embrasser les miennes. Dieu que j’aime Vos baisers mon Maître… Vos lèvres… Une envie de tituber en Votre bouche ouverte, qui réveille tout mes sens engourdis.

Continuer la lecture

Séance du 07/09/17: Moi je veux Vivre!

Ce ne sera pas vraiment un récit de séance pour une fois.

Non pas qu’il n’y en ait pas eu une. Je crois que s’en était une. Sûrement. Mais je ne l’avais pas comprise. Et de fait, je m’y suis vite perdue, perdant ainsi ma connexion à Vous mon Maître…

Pourquoi ? La soirée avait pourtant bien commencée. Je Vous ai rejoins dans ce bar où N/nous avons pris un verre ensemble. Un moment agréable, où je me plais à être à Vos côtés.

Continuer la lecture

05/09/2017 : Prendre son temps

 

« Elle ne dérangeait personne. Elle n’entrainait personne dans sa déviance. (…) Son acte était individuel, conforme à ses envies, répondant à ses besoins. Ça ne regardait qu’elle. C’était sa vie et elle avait choisi d’en faire ce qu’elle voulait. Et ce qu’elle voulait, c’était être à Lui. »  L’Esclave – Éva DELAMBRE

 

Le temps…. oh oui, le temps! Celui dont on dispose, ou celui qui passe… Celui là même qui peut être un supplice quand il est trop court, ou trop chargé de silence, ou une véritable délivrance quand il s’éternise dans ces instants de plaisirs partagés.
Cette notion relative est différente selon la perception de chacun de N/nous : selon que l’on soit celui qui vit un instant unique ou celui qui attende de le vivre, la perception du temps n’est pas la même. Trop court pour le premier, trop long pour le second…et pourtant…

Ce temps là, celui qu’il m’est offert de passer à Ses côtés, n’est jamais assez long. Mais, il l’était encore moins quand ma pause déjeuné se limitait à une petite heure en Sa présence. Aussi, j’apprends à profiter de chacun de N/nos précieux instants, de chaque heure, de chaque minute où je suis à Ses pieds. Bien qu’il n’y en ait jamais assez pour l’insatiable gourmande que je suis. Sourire.

Ce matin là, je prenais le temps de me préparer, libre de mes activités pour quelques mois, plus calme, plus posée, plus tranquille. Ces instants toute à Lui, avant même d’être avec Lui.
Je L’informais de mes préparatifs, Lui demandant du coup pour quelle heure je devais me présenter.

« Sois prête avant 11h »

Continuer la lecture

Séance du 31/08/2017 : La rentrée.

 » Sentir que l’on compte pour quelqu’un que l’on estime autant donne envie de soulever des montagnes, juste pour lire un éclat de fierté dans ses yeux »  –Eva Delambre

 

Ma première séance…. enfin, la première séance du jeudi soir depuis N/nos retrouvailles: plus de temps pour N/nous, sans avoir besoin de surveiller de façon incessante ces minutes qui défilent aussi vite, me laissant parfois encore affamée de N/nous.

Je me gare sur ce parking, où à cette heure de début de soirée, nombre de gens évoluent encore, faisant jouer les enfants dehors, discutant gaiement, parfois bruyamment… La vie des « autres ». Je me suis préparée à la maison, petite robe noire, indécemment trop courte, qui épouse chacune des formes de mon corps … J’espère qu’Il appréciera. Par commodité, j’ai enfilé une jupe et un t-shirt par dessus, la sortie discrète de mon mode vanille si vous préférez. Donc me voilà stationnée. J’ouvre la portière, retire mon t-shirt, dézippe ma jupe de cuir afin de n’avoir que ma mini-robe et mes talons « Fétiches » de 14 cm pour me présenter à Lui. Mon collier orne déjà mon cou depuis mon entrée sur l’autoroute…

Je rentre. Je monte à l’étage, cœur battant mais sereine. Je pousse la porte du salon. Tout est allumé. Aucun bruit. Aucune présence. Mon tapis est en place, devant la fenêtre grande ouverte, volets non fermés. Où est-Il? Je pose ma veste, mon sac et prends place sur mon tapis. Mon regard se pose partout dans la pièce, et je sens sur moi la possibilité d’être vue par cette fenêtre ainsi ouverte.
Je ne suis pas à l’aise. Non pas que j’ai honte d’être ainsi agenouillée, grand dieu non!!! Juste je ne souhaite pas causer de préjudice à mon Maître. Aussi je me déplace légèrement sur le coté de façon à être moins exposée…Comme je l’expliquerais un peu plus tard à mon Maître.

Continuer la lecture

Déjeuner du 29/08/17 : À ma place

Comme il est bon de me réveiller ce mardi matin…. Mon corps,  bien qu’encore enveloppé par la nuit, est déjà attisé de savoir que je Vous rejoins ce midi.

Chaque geste est devenu un rituel. Et je m’observe effectuant chacun d’eux avec en moi ce désir sourd et entêtant de m’abandonner à Vous.

Je Vous glisse alors mon état d’âme au sein de mes salutations, Vous indiquant ce que je vois au travers de ce nouveau mardi plein de promesses :

Continuer la lecture

Retrouvailles : 22/08/2017 A nouveau moi

Les semaines ont passées. Non sans difficulté, j’en ai conscience.

Mais j’en ai profité pour travailler sur ma dépendance, et dieu sait qu’elle est importante.
J’ai profité de ces vacances loin de N/nous pour réaliser combien j’aimais ma place, combien je la chérissais, et que je n’en convoitais nulle autre.
La nature de N/notre précédente relation aurait pu me faire dévier et me faire attendre autre chose de la part de mon Maître, mais non, ce n’est pas ce que je souhaite.

J’aime être à sa disposition, objet de plaisir, de luxure et de déviance. Son jouet, Sa chose. J’aime être celle qui Lui permet d’être Lui pleinement. J’aime être celle qu’Il ne voit que pour le plaisir.
J’aime le laisser me regarder partir encore empli d’images de N/nous, avec une envie d’encore, remise à plus tard, toujours.

Continuer la lecture

Séance du 27/07/2017 Partie III : La lumière.

Je remonte rejoindre mon Maître. Hésitante sur ce que je dois faire, je vais pour m’installer sur mon tapis quand Il m’invite à m’asseoir sur le canapé.

« bien. Qu’as tu à dire ? » un léger sourire sur Son visage, mais Son regard est dur, froid. Son ton est distant, Ses gestes tout autant.

C’est donc ma faute. Il me le reproche. J’en étais sûre. J’ai fais de mon mieux. Mais j’ai le sentiment que j’ai échoué complètement. Et je sais que demain, commence le compte à rebours du long mois de N/notre séparation… Et je comprends que la séance est terminée. Et que je ne serai rien de plus que cette jolie table que j’ai été, et partenaire de jeu à distance, de Son plaisir.

Continuer la lecture

Séance du 27/07/2017 Partie II : Ma chute.

Je suis autorisée à embrasser Ya. Nos lèvres se frôlent, nos langues se goûtent… Nos mains caressent nos corps.

Nous rejoignons le canapé sur invitation de mon Maître. Je reste toutefois au pied du canapé, sur mon tapis, au côté de Ya.

Il entreprend son corps, la caresse, la doigte, la lèche… Il joue avec son clito, l’invitant à lâcher prise…

Continuer la lecture