Archives

Déjeuner du 11/12/2017 : Vous entendre.

 

 » On adoucit les souffrances d’autrui en en prenant sa part, on double ses jouissances en les faisant partager. » Alfred Auguste Pilavoine.

J’ai pris la route, plus apaisée que la veille.
Ce sentiment que j’ai connu depuis dimanche soir, suite à la non lecture de mes deux écrits, suite à N/nos échanges où Vous ne laissez rien percevoir de Vos sentiments ou ressentis quelqu’ils soient pour moi, alors que l’absence de séance de jeudi me fait ressentir un manque non négligeable… Je Vous sens loin… Loin de moi physiquement bien évidemment, mais par la pensée également. Et j’ai alors eu peur de n’être qu’un divertissement, qu’une petite chose accessoire qui vient Vous divertir deux fois par semaine… Et cela m’a fait horriblement mal.

Continuer la lecture

Séance du 30/11/2017 : Bonheur(s) à profusion

 

Le bonheur ne sait ni craindre ni prévoir, il jouit et ne réfléchit pas.

Jeudi…

Me voilà en route pour Vous retrouver. Ce même chemin que j’emprunte depuis des mois, non par habitude mais par désir, par besoin.
Cela s’insinue en moi dès l’après midi, où je commence à compter les heures…. Et ce moment où je glisse mes jambes sur mon fauteuil, où mes mains se posent sur mon volant et où j’allume le contact libérant les vrombissements de mon moteur et ceux de mon corps.
Je vois glisser sous mes yeux cette longue étendue de bitume où se reflètent mes phares… Grisée par la nécessité de Vous retrouver encore et toujours… Pas de lassitude, pas d’habitude, pas de train train.
Je ne sais jamais si Vous m’attendez avec ce même désir, cette même envie… Mais je me laisse le croire. Après tout Vous sauriez me le faire comprendre si ce n’était pas le cas.

Continuer la lecture

Se retrouver, se re-découvrir.

 

 « Les routes les plus difficiles mènent aux plus belles destinations. »-Anonyme. 

 

Comme Vous Vous en doutez les dernières semaines n’ont pas été des plus faciles.

Depuis cette séance compliquée du 12 octobre, soit presque 3 semaines, N/nous n’avons principalement que parlé, échangé sur N/nos difficultés. Et c’était nécessaire.

J’ai le sentiment toutefois que Vous avez mené une introspection plutôt lourde suite à tout ça.

N/nous avons parlé mots d’alerte, N/nous avons parlé de moi, N/nous avons parlé de N/nous.

Puis sont venues les vacances. Un nouveau temps de réflexion, loin de Vous. 12 jours sans Vous voir.

Continuer la lecture

Séance du 10/10/17 : Jouer les Mata Hari

 

Le 15 octobre 1917, Margaretha Zelle, mondialement célèbre sous le nom de Mata Hari, et dont les danses très dénudées avaient défrayé la chronique, était, à 41 ans, fusillée pour espionnage.

A l’aube de la célébration des 100 ans de sa mort, mon Maître a fait de moi Sa Mata Hari, le temps d’une petite heure….

Je L’ai rejoins vers midi ce mardi. Je Le sentais tendu ces derniers temps, et pour cause : Son activité . Aussi, à peine installée sur mon tapis, Il me dit:

« Aujourd’hui, tu vas jouer les espionne pour moi… Tu vas te rendre chez un de mes concurrents, et tu essaieras de voir les tarifs qu’il pratique. Pose lui autant de questions que tu pourras, essaye de l’amener à parler de moi. Retiens le plus d’informations possible. Et reviens me faire ton débriefing »

Continuer la lecture

Séance du 05/10/17 : Mon anniversaire.

 

« Les anniversaires ne valent que s’ils constituent des ponts jetés vers l’avenir » 
Une journée particulière, qui annonçait sûrement une séance toute aussi particulière: J’étais à l’aube de ma 39ème année.

Je savais que ce soir, j’avais mille et une chose à aborder avec mon Maître, toutes inscrites dans mon petit calepin virtuel, tant ma mémoire semble s’enfuir lorsque je suis en Sa présence. Mes moments d’absence où seul Lui compte à mes yeux.

Mais j’étais résolument décidée cette fois ci à ne pas laisser passer l’opportunité d’avoir les réponses aux questions que j’avais. Soirée spéciale ou non, je trouverai un moment, un instant pour glisser une à une les thématiques à aborder.

La journée m’avait semblée longue tant mon esprit était avide de Lui. Mais j’étais là, dans ma voiture, glissée dans une robe noire moulante, à la cuisse largement échancrée… J’inaugurais ce soir mon body string en simili cuir, acheté quelques semaines auparavant et attendant le moment opportun pour pouvoir le porter.

Mon collier enserrant mon cou, je glissais ma main autour en garant ma voiture. Un petit rituel que j’ai pris, qui me permet de ressentir Son emprise tant physiquement qu’emotionnellement, avant d’entrer en séance.

Sa rue, Sa porte. Entrer, fermer le verrou. Son escalier… Monter… Mon cœur battant dans ma poitrine… Et enfin… Lui.  Mon Maître. Mon univers.

Continuer la lecture

Séance du 02/10/17 : Mon âme enchaînée

 

« Et finalement… cette question… le mystère… Qui raconte l’histoire de qui… Qui lève le rideau… Qui choisit les pas que nous allons danser… Qui nous rend fou… nous cingle de coups de fouet et nous acclame dans la victoire quand nous survivons à l’impossible… Qui fait tout cela… Qui fait en sorte que notre existence honore les autres… Qui nous chante que nous ne mourrons jamais… Qui nous apprend ce qu’est la vérité, ce qu’est le mensonge… Qui décide pourquoi l’on vit et quel combat mérite que l’on risque la mort… Qui nous enchaîne, et qui détient la clé qui peut nous libérer… C’est VOUS » – Sucker Punch 
Avec Votre autorisation, je suis arrivée bien plus tôt ce mardi …. Une petite heure d’avance.
Un besoin de Vous retrouver suite à ces derniers jours difficiles pour moi, où nombres de questions m’ont submergées mettant à mal mon équilibre.
Un besoin de me retrouver à ma place, et de retrouver l’équilibre.

J’arrive à Votre bureau. Un rapide échange de regards, où je pense Vous lisez en moi mes doutes et mes incertitudes.

« Monte à l’étage. Retire ta robe, baisse le volet et mets toi sur ton tapis. »

Je monte donc à l’étage. Je pose mes affaires, et vais pour retirer ma robe. Suivre les ordres, tels qu’Il me les a donner…. Le volet est grand ouvert… et je vois les passants dans la rue. Je devine que si l’un d’entre eux lève les yeux, il pourrait m’apercevoir. Mais je ne suis pas nue, juste en sous-vêtement. L’idée me plaît, comme à mon habitude. En talons et dessous, je me dirige vers la fenêtre pour baisser le volet roulant.
Continuer la lecture

Séance du 28/09/2017 : De sortie.

Miracle.

Pour une fois je réussi à être à l’heure, même en avance, à Sa grande surprise. Et la mienne aussi je dois dire. Mais j’avais fait en sorte que cela soit possible pour une fois.

Je pousse la porte et m’installe à ma place, sur mon tapis. L’attente. Ce moment où glisse en moi ces millions de ressentis, de questions : Me regarde-t-Il? Que me réserve-t-Il? Qu’aime-t-Il en moi? Que se passe-t-il là, dans Sa tête, à cet instant précis? Aime-t-Il mon corps? Mon âme? Ma façon d’être? Comment puis-je qualifier N/nos « sentiments »? ou encore simplement suis-je une bonne soumise? Suis-je à la hauteur de Ses attentes? Lui suis-je essentielle? Ou juste une parmi d’autres?

Continuer la lecture

Séance 26/09/2017 : Votre retour

 

« Ferme les yeux, tout ce que tu vois t’appartient. » – Jean Giraudoux.

 

11h30 : Je devrais déjà m’être présentée à Vous, mais décidément, je joue de malchance avec cette horloge qui m’inflige des retards consécutifs.

11h47 : Je vous rejoins enfin! Je passe la porte de Votre lieu de travail, et je Vous vois: mes yeux glisse sur Vous. Vous êtes là. Juste là devant moi. 12 jours sans votre présence, sans Vous. Sans N/nous.
12 jours où mon esprit s’est nourrie de ma faim de Vous. Et je Vous observe, ces quelques minutes où Vous ne tournez pas la tête vers moi. Pas de suite, me laissant languissante, me laissant en attente. Votre peau, Vos bras, Votre cou, Votre nuque. J’inscris en moi chacun de ces détails que j’aime tant de Vous. Et je réalise combien Vous m’avez manqué.

Je suis là, derrière Votre comptoir, à Vous observer, attendant Votre regard, avec cette envie de venir à Vos pieds, de me jeter face contre terre, Vous présenter mes respects. Et Vous tournez la tête vers moi:

« Tu as décidément un problème avec la ponctualité! »

Une petite pique que j’accepte sans aucun problème car je sais que Vous tenez à la ponctualité. Mais je lis dans Vos yeux le plaisir de me voir, je vois à Votre sourire que oui, je Vous ai manqué.

Vous Vous levez, me tournant le dos, et je continue de Vous observer: Vos épaules musclées, Vos fesses…. Oh mon Maître!! Vos fesses!!! Votre corps est un supplice pour moi qui meurt d’envie de Vous toucher. Ce corps qui me fait chavirer, auquel je m’abandonne. Je n’ai qu’à fermer les yeux pour revoir encore et encore ces images de Vous, et je ne m’en prive pas.

Vous venez vers moi, me tendant un billet:

« Va N/nous chercher une bouteille de vin. Fraîche si possible »

Je traverse la route, entre dans ce magasin. La vendeuse me fixe un instant. Décolleté profond, jupe en cuir noir, veste en cuir rouge…. et bien évidement, mon collier. C’est celui-là qu’elle fixe en me disant « Bonjour ».

Continuer la lecture

Séance du 14/09/17: Vos cadeaux

 

« Une femme amoureuse est une esclave qui fait porter les chaînes à son Maître. » – Etienne Rey

 

A Votre demande, je Vous rejoins dans un bar.

Vêtue d’une robe au décolleté aguicheur, mon collier à mon cou, je m’installe face à Vous. Vous me dites me trouver très en beauté, bien que N/nous ne soyons pas spécialement assorti ce soir…sourire. N/nous prenons donc un verre et discutons. Tranquillement, au milieu de N/notre conversation, Vous m’annoncez que Vous n’aurez pas d’accès internet pendant Votre déplacement, prévu les 8 prochains jours.
Que, de fait, Vous ne serez pas en mesure de recevoir mon rituel quotidien, à savoir, mes salutations, mon programme et ma tenue du jour. Vous me dites donc que cette semaine à venir, je serai libre de cette obligation. Vous plongez Votre regard dans le mien, à la recherche surement d’un signal Vous indiquant que tout va bien et que je digère correctement l’information. Je réalise soudain que N/nous n’aurons pas de contacts durant ces 8 jours et 7 nuits: aucun message, aucun mot. rien. Le vide. Le néant.

Continuer la lecture

Déjeuner du 12/09/17… Joueuse.

 

« Ce n’est pas l’amour qu’on ressent, mais celui qu’on inspire qui fait faire les plus grandes folies ». – Alphonse Doudedot.

 

Et me voilà en retard ! Je déteste ça et je sais que Lui aussi. Mais voilà, les petits impondérables de la vie.

Je me stationne. Vêtue d’une petite robe noire, escarpins, mon collier, fièrement posé à mon cou, j’arpente les rues, sentant les regards se poser sur moi.

Au moment où j’arrive dans Votre rue, je Vous vois, debout, sur le pas de la porte. Impatience mon Maître ? Sourire…. Je ne pense pas…

A peine arrivée :  » Attend moi là »

Vous traversez la rue… Je comprends que Vous allez chercher N/notre déjeuner. Étant arrivée trop tard pour pouvoir le faire. Je Vous attends dans l’entrée… Je ne Vous le cache pas, moi, impatiente. A Votre retour, Vous fermez la porte, Vous approchez de moi, mon cœur doucement s’emballe, et Vos lèvres viennent embrasser les miennes. Dieu que j’aime Vos baisers mon Maître… Vos lèvres… Une envie de tituber en Votre bouche ouverte, qui réveille tout mes sens engourdis.

Continuer la lecture