C’est l’histoire…

C’est l’histoire d’une femme…. Une femme née il y a quelques mois, une nouvelle fois dans sa vie.

Pas une naissance telle qu’on la connaît. Non.
La naissance d’une femme plus femme, plus forte, plus libre…


Et douce hérésie et non sens que cela.
Se sentir plus femme en devenant objet de plaisir.
Se sentir plus forte en acceptant toute humiliation, honte, en confiant sa vie aux mains d’Un Autre….
Se sentir plus libre en étant enchaînée cœur, corps et âme à son Maître.

Je me découvre à Vos côtés, chaque jour un peu plus. Chaque jour en effet dans mon besoin de Vous, dans mon désir de soumission, dans le plaisir d’apprendre et d’évoluer grâce à Vous.

J’admire mon corps qui évolue par et pour Vous : mon désir de Vous plaire motive mes activités physiques et sportives. Ma crainte de Vous déplaire, dirige mon assiette. Vous êtes mon quotidien. Vous êtes en moi à chaque instant, chacune de mes réflexions passe par Vous. Et je sais que je suis encore loin du résultat que je souhaite, mais je préfère la précaution du temps à celle de la hâte. Alors je vis encore avec mes imperfections physiques et le sentiment de honte de me présenter à Vous imparfaite.

J’admire les marques que Vous m’avez laissées. Elles sont tant et tant de choses pour moi.
Elles sont le témoignage de mon amour pour Vous. La preuve de mon lâcher prise, de ma confiance infinie en Vous.
Elles sont le témoin de ma condition. Chaque fois que je les vois, que je les ressens, je souris du secret qu’elles cachent. Je suis Votre soumise, Vous êtes mon Maître. Cette équation unique au résultat qui imprègne ma chaire.
J’aime Vos marques mon Maître, elles sont aussi la preuve de Votre intérêt pour moi. Et de l’amour, ou du moins de la bienveillance à mon égard.

J’admire l’évolution de mon esprit dans l’acceptation, l’assimilation de ma condition de soumise.
Je relis nos anciens échanges. Et je souris. Je vois la façon dont j’ai évolué grâce à Vous. Et j’aime la nouvelle femme que Vous avez fait de moi. Celle là même qui cachant sa soumission au quotidien et à la face du monde, a pris de l’assurance quand à sa vie professionnelle, et familiale.
Vous m’avez rendue plus forte. Plus déterminée.

J’admire également mon lâcher prise. Ces moments où je ne suis plus en mesure de décider, de choisir. Ce moment où seul Vous, avez tous les droits sur moi.
Ce moment où je m’épanouis dans ma soumission. Toujours plus, toujours intensément.
Ce moment où mon esprit n’a plus de limite, plus de bornes, plus d’entraves.
Ce moment où je ne suis plus que plaisir. Le Votre, et enfin, le mien.
Et quand on connaît ma difficulté à lâcher prise, j’avoue que ce point m’impressionne énormément.

Et ce que je trouve merveilleux, c’est que j’ai conscience que je ne suis pas au bout de mon travail. Je sais que N/nous avons encore une myriade de choses à découvrir ensemble, et de nombreuses choses à apprendre l’un de l’autre, l’un pour l’autre.
J’ai conscience que mon apprentissage a pu être violent émotionnellement au début. J’ai conscience que j’ai encore certains moments de doutes. J’ai conscience à force de l’entendre, que N/nous allons vite. Mais tant que N/nous n’ allons pas trop vite vers la fin, je suis bien.

Car je n’oublie pas l’échéance. Ce jour où l’un de N/nous sera lasse de l’autre.
Je ne suis pas pressée de refermer l’ouvrage que N/nous écrivons à quatre mains. Celui là même qui me voit naître, et qui je l’espère Vous épanouie un peu. Pour moi, l’épanouissement est avéré.

Aujourd’hui, j’ai en moi un souvenir indélébile. Il n’est pas Votre choix, il est le mien. Mais je suis fière d’arborer sur mon corps, mon nom. Celui que Vous m’avez donné. Il sera sûrement douloureux à la fin. Du moins le temps d’accepter. Mais ce qu’il évoque pour moi, le passage de celle que je fus à celle que je suis devenue grâce à Vous, est lourd de sens. Il est le témoin de ma renaissance.

Mon Vénérable Maître, Vous ne me quittez jamais. Et même si je ressens que N/nos échanges n’ont plus la même intensité qu’à mes débuts, je le comprends. Je ne suis plus celle que j’étais non plus.
Mais j’aime les relire. Ils me réconfortent.

J’aime ma place,
J’aime la précision de Votre art à me sculpter,
J’aime ressentir Votre présence.
J’ aime la soumise et la femme que Vous avez fait de moi.
Et bien évidemment, je Vous aime Vous. Car sans cela, je ne suis pas convaincue que le résultat serait le même.

Encore une fois, je Vous remercie mon Maître, pour le temps que Vous me consacrer, pour l’énergie que je Vous prends.

2 réflexions au sujet de « C’est l’histoire… »

  1. Belle réflexion je me reconnais dans tes lignes quand tu parles de sport et d’alimentation je fais également mon possible pour lui plaire sans cesse. Bravo à vous

    • Et oui Shaylee ! Notre condition nous pousse à beaucoup d’exigences envers nous mêmes ! Il y a ce dépassement de soi dans l’abnégation, ce dépassement de soi dans notre totale soumission, ce dépassement de soi dans notre condition physique…. L’exigence est devenue notre façon de vivre, de penser.
      Personnellement je l’étais déjà avant, mais aujourd’hui, je le suis encore plus !!
      Merci à toi.
      Je t’embrasse.
      Sakura

Laisser un commentaire