Ma faute, mon erreur….

Voilà…. Il fallait bien que je la fasse. J’aurais aimé ne jamais manquer à mes obligations, mais voilà…

N/nous devions N/nous voir ce midi. Comme chaque mardi midi. Pour N/notre déjeuner… Ensemble. Je comptais les heures, je me languissais… Soumise impatiente, comme à mon habitude.

Mais c’était sans compter sur mes absences.

Mon collier est toujours rangé à sa place, dans ma voiture. Dans sa pochette. Sauf aujourd’hui. Aujourd’hui non. Je l’ai oublié. Dans le garage. Je l’ai sorti de la voiture dimanche, car mon époux a eu besoin de s’en servir. Et pour éviter qu’il ne tombe dessus je l’ai sorti et soigneusement rangé dans mon garage.

Ce matin, au réveil j’y ai pensé. Mais voilà, je me suis préparée comme à mon habitude, puis j’ai du gérer les dernières minutes d’urgence de ma dernière pour l’école…. Résultat, je suis partie en retard, la course au départ…. Finir mon maquillage dans la voiture, dossier sous le bras…. La course.

Mon rdv de 11h c’est terminé plus tôt que prévu, je pouvais donc arriver plus tôt chez Vous…. Je monte dans ma voiture… Et là… Je réalise mon oubli. MON ERREUR. Je me liquéfie intérieurement. Comment j’ai pu ?

Je Vous préviens par message. Votre message :  » Dommage  »

Voilà. Je me suis punie toute seule. Je m’en veux. Vous n’imaginez même pas à quel point je me sens minable.

Je m’en veux de ne pas avoir été à la hauteur, d’avoir manqué à mes obligations, de Vous priver également.

Je ne me cherche pas d’excuses. Je ne m’en trouve aucune.

Vous me l’avez dit. Je suis une incapable.

Honteuse et incapable, nulle, bonne à rien, misérable…. Je me sens mal. Extrêmement mal.

J’avais besoin de Vous, de Votre présence. Besoin de me ressourcer à Vos pieds. D’être à ma place.

J’ai commis une erreur. Vous m’avez puni. Une erreur doit servir de leçon. Je considère que celle-ci est apprise.

Je Vous présente mes excuses humblement mon Maître, et dépose à Vos pieds mon cœur de soumise, en miettes de Vous avoir ainsi déçu. Je ne suis pas fière de moi, bien au contraire.

Je Vous demande pardon pour cet oubli aux conséquences que je regrette infiniment.

Cela ne se reproduira pas. Quitte à prendre le risque de toujours laisser mon collier à sa place.

Votre soumise incapable, qui va faire profil bas, et se montrer discrète pour ne pas Vous importuner plus encore.

Sakura.

 

 

22 réflexions au sujet de « Ma faute, mon erreur…. »

  1. C’est donc de cette manière que tu souhaites célébrer la semaine de nos 6 mois …
    Une vraie débutante … je dois en tirer les conclusions qui s’imposent d’elles même !!

    En espérant que ce soit vraiment la dernière fois!!

    • Non mon Maître, je ne le souhaitais pas. Absolument pas. Je le regrette, si Vous saviez à quel point je le regrette… Et oh combien je m’en veux. Spécialement cette semaine. Même si à aucun moment mon oubli n’aurait dû arriver.
      Je Vous demande humblement pardon. Encore une fois.
      Et ce sera la seule et dernière fois je Vous le promets.

      Votre soumise incapable, et honteuse.
      Sakura.

      • Courage Belle Sakura apprend de tes erreurs pour ne pas recommencé

        Bonne soirée à toi et à ton Maitre, mes respect à lui.

        Je t’embrasse

        CAtaleya

        • Merci beaucoup ma douce… Si je pouvais me cacher au fond du fond d’un trou je le ferai…. Et oui j’apprends… Et non, ce n’est pas prêt de se renouveler…
          Je t’embrasse également ma belle.
          Merci de ton soutien, merci de ta présence ici.

          • Tu n’es en aucun cas une incapable ça c’est sûr mais tu as juste fait un oubli sa peu arriver. Ne t’en fais pas. sa dois juste te servir de leçon pour ne pas recommencé. Tu es novice comme moi tu comets des erreurs oui mais c’est normal d’accord ma Belle.

            Bonne nuit Belle Sakura sèche tes larmes et pense à ta prochaine fois celle où tu retrouveras ta place au pieds de ton Maitre.

            Tendrement CAtaleya

  2. Bonsoir Sakura,

    j’ai envie de dire que l’erreur est humaine, la perfection n’est pas de ce monde ! et pourtant comme on aimerait l’être pour notre Maître, mais il va falloir se faire une raison, nous ne sommes qu’humaine.
    Personnellement, sans vouloir m’occuper de ce qui ne me regarde pas, je trouve affolant « d’entendre » un Maître dire de sa soumise qu’elle est une incapable. Un Maître n’est il pas là pour élever sa soumise? je ne dis pas qu’une punition n’est pas méritée, ça permet de faire plus attention ensuite. Par contre, rabaisser sa soumise, n’est vraiment pas digne d’un Maître, selon moi.
    Et si je comprend bien, cela fait 6 mois que votre relation a débuté, vous n’êtes pas un couple dans la vie, donc oui, vous êtes débutants, vous remarquerez que je ne parle pas au féminin, donc pas qu’à vous, Sakura, chaque nouvelle histoire est un nouveau commencement, donc oui vous débutez car ce n’est pas en 6 mois qu’on se connait parfaitement et qu’on peut apprendre à devenir une soumise ou un Maître accompli.
    La soumise doit faire preuve d’humilité, mais ce n’est pas la seule et là, j’ai l’impression qu’un seul des 2 fait preuve d’humilité.
    Des erreurs, il y en a eu et il y en aura encore et surement des 2 cotés. Quand ce sera du coté de votre Maître, vous dira t il que c’est un incapable? aura t il seulement le courage de dire qu’il s’est trompé?

    J’ai envie de rajouter, ne vous prenez pas trop la tête Sakura, c’est un oubli, facheux, mais il ne remet en rien votre volonté de vous soumettre, et ça votre Maître est surement capable de le comprendre, vous ferez mieux la prochaine fois.

    Je vous souhaite une bonne soirée

    Elenna

    • Bonjour Elenna et merci de ce commentaire,

      Je ne reviendrai pas sur le concept d’ouverture d’esprit si cher à notre mode de vie BDSM et encore moins sur le jugement par exemple …

      Je ne permettrai pas non plus de dire qu’une relation d/s dans un couple légitime est un non-sens même si je le pense !!

      Comme tu ne débarques pas sur ce blog j’imagine, relis juste les passages ou Sakura trouve sa force dans mes yeux ou ceux où je lui dis que je suis fier d’elle 😉

      Chaque relation est certes différente; et personne ne détient le savoir absolu puisqu’il est unique à chaque couple. Cependant, il me semble que « l’humiliation » est très présente dans le d/s même si cela peut te heurter … le BDSM heurte en général le monde vanille … mais livre à toi d’être affolée 🙂

      Pour finir (et faire court), le collier de Sakura représente Notre Union comme l’alliance représente celle du mariage dans un mode plus conventionnel !

      Te présenterais tu à ton mari sans ton alliance et à ton maitre sans ton collier ?

      • Bonjour,

        L’ouverture d’esprit… j’en fais preuve là où il faut, mais sûrement pas quand je vois du dénigrement. Les mots peuvent être une arme redoutable surtout de la part d’un Maître.

        Pour ce qui est du non sens de la relation D/s dans une relation légitime, ça me fait sourire et me poser des questions. Qu’est ce qu’un Maître (mari) ne peut pas faire qu’un Maître (non legitime) pourrait faire? La vie de la soumise et du Maître ont les mêmes contraintes, boulot, santé, enfant etc etc… tellement de choses qui peuvent mettre des bâtons dans les roues de toutes relations légitimes ou non, bdsm ou non…. et puis se dire que ce n’est pas possible avec son légitime n’est il pas une façon d’avoir bonne conscience?

        Et si je débarque… Je n’ai pas encore pris le temps de tout lire. Je suis contente pour elle, que tu lui dises ta fierté mais je ne demords pas du fait qu’un mot négatif peut faire beaucoup de dégâts et que malheureusement notre mémoire garde plus facilement tracé de ce qui blesse.

        L’humiliation est courante en effet et peut rendre plus fort dans le sens où on se dit ouah j’ai réussi malgré la honte, la gêne. Dans l’exemple qui nous occupé, ce n’est pas de L’humiliation « positive » si je puis dire, pas à mon sens en tout cas.

        Je ne me présenterai pas à mon Maître/ mari, et oui il a les 2 casquettes, sans mes alliance/collier, puisque je les porte 24h/24, mais je suis sûre et certaine que si ça n’avait pas été le cas, il m’aurait puni, normal, mais jamais il ne m’aurait traitée d’incapable… il aurait aussi évalué le pourquoi de cet oubli comme il le fait à chacune de mes erreurs.

        Elenna

        • C’est une conception différente de la mienne mais que je respecte…
          J’ai déjà lu ces écrits et je n’y adhère pas … voilà!

          Concernant ma bonne conscience, que tout le monde soit rassuré, elle se porte bien 😉
          Vous ne me connaissez pas et avez occasionnellement des extraits de ma vie dans un billet ou autre… ça vous suffit amplement (visiblement) !!

          Je confirme donc qu’une relation conjugale est TOTALEMENT différente… vous n’en voyez pas les nuances importantes; ce n’est nullement mon problème…

          Ensuite, je ne m’étendrai pas ici sur mes pratiques, croyances et conceptions car ce n’est pas le but de ce blog; je pourrai faire des billets, je n’en ai pas envie tant je connais les dérapages de la « communauté ».

          Le style ne vous plait pas?
          Ce n’est pas forcément utile de lire ce blog….

          L’important est uniquement que chaque dom ait la soumise qui lui convienne.

          C’est mon cas

          • Bonjour,

            Dire que vous n’adhèrez pas c’est différent de non sens, qui sous entendrait qu’en couple légitime ce n’est pas possible…

            Mes questions étaient de vraies questions car j’étais et suis toujours curieuse des réponses. Nous vivons des relations différentes, je n’ai rien contre votre conception de le vivre hors couple legitime, mais j’aime bien comprendre les choses, les cheminements intellectuels etc… mais j’ai l’impression que mes questions vous ont un peu piquées…

            Je n’ai jamais dit non plus que le blog de Sakura ne me plaisait pas, j’ai dit que l’emploi du mot « incapable » ne me plaisait pas car les mots peuvent être des armes dangereuses. Il faut en avoir conscience et bien les manier surtout quand on emploie des mots qui qualifie un être dans son ensemble pour une faute isolée qui ne définit en rien la personne.

            Elenna

            PS: merci pour le « vous » je préfère grandement.

          • Bonjour,
            Premièrement vous n’avez pas l’intégralité et le contexte global pour juger de ma bonne utilisation des mots humiliants …

            Que vos questions me piquent ou pas n’est pas le problème, on ne se connait pas et ce n’est pas à l’ordre du jour; je suis interpellé dans votre commentaire et j’y ai répondu… je n’ai ni le temps, ni l’envie de débattre avec vous de ce genre de sujet….

            Je sais ce que vous pensez de la « communauté », je vous le faisais remarquer si bous ne l’aviez pas saisi…
            Et forcément, vous vous doutez bien que je n’aime pas votre façon, ne de faire, ni de penser, ni de dénigrer (régulièrement) le « d/s » qui n’est pas le votre …

            Pour autant, jamais (même à l’époque où l’on me faisait parvenir vos articles); je ne me suis permis de venir publier et jeter le trouble …

            Bonne fin de semaine

      • Bonjour,

        Pardonnez mon intrusion, mais je vais rebondir sur vos paroles si vous le permettez.

        Le concept d’ouverture d’esprit si cher à notre mode de vie BDSM comme vous le dites me semble être une légende. Il n’y a pas plus ni moins de gens ouverts d’esprit d’un côté comme de l’autre. A force d’entendre l’argument je me dis que c’est surtout une façon de renvoyer les gens dans les cordes  » Tu n’es pas d’accord, tu n’es pas ouvert d’esprit ». Nous avons tous nos opinions, nos perceptions et les exprimer n’est pas un jugement de valeur et encore moins une condamnation. C’est juste la perception d’une personne à un moment donné. A partir du moment où l’on rend les choses publiques, il se trouvera des gens qui adhéreront et d’autres non. Pour ma part, je déteste les commentaires facebook ou tout le monde « like » à tout va. Savoir recevoir la critique et pouvoir en débattre calmement est aussi une forme d’ouverture d’esprit. Ne voyez là aucune tentative de tacle, ça n’est que mon avis. Et puis discuter avec des gens qui ne sont pas d’accord est bien plus enrichissant à mon sens que de ne parler qu’avec des béni oui-oui. La conversation tourne rapidement en rond. Il est évident que pour ça, il faut des protagonistes qui en soient capables.

        Je vis une relation D/s en couple, et ça ne me gêne absolument pas que vous pensiez que c’est un non-sens. Ma relation fonctionne très bien comme ça, mais je comprends que ça puisse échapper à certains, de la même façon qu’une relation duo me semble bien plus compliquée à gérer, surtout si l’un ou l’autre des deux parties (ou les deux) sont impliqués ailleurs. Je n’envisage pas de me disperser tant cette relation est chronophage. Puis quand on connaît l’intensité d’une relation D/s, j’ai du mal à voir comment une autre pourrait y survivre. Encore une fois, personnes différentes, avis différents.

        Vous dites que chaque relation BDSM est différente, et vous avez raison. Ce que vous pensez « logique » comme l’humiliation ne l’est pas pour tout le monde. Chacun voit midi à sa porte. Certains préfèrent l’éducation positive (je ne dis pas que vous ne le faites pas) et, tout en étant parfaitement D/s, réprouvent le procédé. Question de personnalité. Et pour eux, ça ne marche pas forcément plus mal. C’est votre façon de voir les choses et votre soumise l’a accepté. Mais encore une fois, chaque couple est différent. Sous-entendre d’office que si on n’adhère pas à certaines pratiques c’est qu’on est « vanille » me semble un raccourci plutôt réducteur.

        Concernant la punition, il ne me semble pas qu’elle ait été remise en cause. D’ailleurs elle ne le doit bien évidemment pas. Votre relation, vos lois. Elle a oublié son collier, vous avez pris les mesures que vous vouliez prendre. Un des avantages d’une relation D/s en couple, c’est que le collier ne quitte jamais le cou de la soumise.

        Je vais finir (enfin) sur le tutoiement que vous adressez à la personne qui est intervenue pour exprimer son désaccord parce qu’elle est soumise. Le BDSM étant une question de consentement mutuel, je le trouve déplacé. Une personne que vous ne connaissez pas et dont vous ne savez pas si ça la dérange ou pas se vouvoie d’office. De plus, puisque vous semblez versé dans le protocole BDSM, il me semble qu’avant de tutoyer une soumise, il faudrait en demander l’autorisation à son Maître.

        Je m’arrête ici en espérant que vous n’y verrez que matière à réflexion et/ou à débat.

        Très cordialement,

        • Bonjour monsieur (je suppose n’ayant aucun moyen de savoir)

          Je vous remercie de votre commentaire.
          Je ne me permettrais pas de répondre vu que ce message ne m’est pas destiné mais je voudrais vous apporter un début de réponse quand au fait de vivre une relation D/s tout en ayant à côté une vie vanille.

          J’abonde dans votre sens : c’est loin d’être facile. Mais la difficulté apporte en cela une dimension bien particulière à N/notre relation. Et d’une certaine façon, enrichie ma vie vanille. Même s’il est difficile d’y trouver l’équilibre. L’enjeu est là.

          Et sans vouloir me projeter, ou décider de l’avenir… N/nous ne savons pas de quoi demain est fait. Une amie chère à mon cœur m’a dit un jour « qu’il n’y a qu’une soumise pour un Maître, et inversement ». J’avoue que cette idée me fait du bien. Même si elle n’est peut-être pas fondée.

          Je vis ma soumission en 24/7 à ma façon. Il ne se passe pas un instant sans que je ne pense à Lui, à quelles seraient ses réactions vis-à-vis de tel ou tel acte de ma part. Il me guide inconsciemment.

          Et je ne désespère pas de passer plus de temps auprès de Lui pour Lui prouver que tout Son travail porte ses fruits… Et qu’il reste encore beaucoup de choses à découvrir de N/nous.

          Mais en ça aujourd’hui je suis rassurée. Le temps n’est plus mon ennemi. Il va, il vient. Demain est un autre jour. Je profite d’aujourd’hui.

          Merci à Vous.
          Respectueusement
          Sakura

  3. Je vous remercie pour votre commentaire Elenna.
    Sans vouloir chercher à défendre mon Maître, je ne me sens pas forcément rabaissée par le terme  » incapable  ». Je m’explique : j’ai en effet commis une faute. Je Lui en ai fait part. Et j’en accepte les conséquences.  » Incapable » est une façon de me montrer son désapointement je pense. Il n’ est pas courant que je fasse pareil étourderie… Je suis très attentive et pense apprendre et progresser rapidement grâce à mon Maître.

    A sa façon, Il m’a manifesté son mécontentement : Il me punit certes de N/notre déjeuner, mais Il se punit par ma faute également. Il aurait pu me punir différemment, pour cela Il ne manque pas d’idées je pense. Mais Il sait combien j’attends ces instants. Aussi pas de meilleure leçon je pense.

    Et un mot ne résume pas un homme/Maître. Il me connaît. Il sait que je prends ce mot tel une gifle, mais ne le prends pas pour un constat définitif. Ma blessure est plus dans le fait de l’avoir déçu aujourd’hui. Là oui, je me suis infligée moi-même cette blessure. Et elle dépasse Sa punition.

    Et également, Il sait reconnaître Ses Erreurs. Même si les siennes ne sont pas légion. Mais de courage Il ne manque pas, ça je le sais.

    J’espère que N/nous évoluons ensemble oui. Sincèrement. Et je le pense. Si son épanouissement est équivalent au mien, alors je pense le savoir satisfait. Si j’ose… Peut-être même un peu comblé. Me voilà présomptueuse… Je m’en excuse.

    Il me connaît suffisamment pour savoir où appuyer pour me faire avancer. Mais Il a fait naître en moi une force, une détermination, un équilibre qui vaut bien mille  » incapable  ». Je ne me sens nullement rabaissée. Juste secouée.

    Je vous remercie infiniment de vous soucier de mon bien-être. Soyez rassurée. Ma confiance en mon Maître est saine. Mais non aveugle. Je ne souhaite pas me détruire. Et aujourd’hui, je ne vois rien de cela dans Ses mots ou attitude.

    Il est mon Maître, Il est ma force, mon Équilibre.

    • Bonjour,

      « Honteuse et incapable, nulle, bonne à rien, misérable…. Je me sens mal. Extrêmement mal. » Je comprend parfaitement que votre erreur vous ai secouée mais les mots que vous avez choisi sont vraiment durs… cet oubli ne vous remet pas entièrement en cause… mais je suis contente que vous soyez épanouie et vous souhaite que ça dure…

      Elenna

  4. Elenna j’ai été dure envers moi-même de façon à exprimer à mon Maître mon repentir…
    Je pense que mon Maître a suffisamment de recul sur ma vie actuelle pour savoir que cet oubli est loin d’être volontaire.

    Je vous remercie infiniment pour votre sollicitude et votre empathie. Elle me touche beaucoup. Je vous souhaite aussi la bienvenue ici, et j’espère avoir d’autres occasions pour discuter avec vous. Chaque échange m’apporte un autre regard sur la relation D/s et m’aide à me construire.

    Nous pouvons être différentes sans pour autant être incompatibles.

    Merci encore pour vos mots. Ils me touchent.

    Bien à vous.
    Sakura

    • Bonjour Sakura,

      Ma volonté en écrivant était surtout de montrer qu’une erreur ne montre pas quelle personne on est, c’est pour ça que le mot employé par votre Maître et les votres ensuite m’ont « choquée » et attristée car ils vous définissaient dans votre globalité.
      Et bien sur que le fait de vivre des relations différentes ne nous empêchent pas de débattre, j’échange régulièrement avec des soumises hors couples légitimes et des soumises en couple légitimes et ça ne pèse pas dans la relation. Et de même que je l’ai fait ici quand quelque chose me gène, je le dis car je sais à quel point les soumises sont très sensibles et dépendantes du regard, du jugement de leur Maître et il est donc de leur devoir de faire attention car ils doivent protection à leur soumise sur tous les aspects.

      Je vous souhaite une bonne journée

      Elenna

  5. ne pouvant pas continuer mes réponses dans le fil, je reprend ici.

    « Premièrement vous n’avez pas l’intégralité et le contexte global pour juger de ma bonne utilisation des mots humiliants … »
    je n’ai pas l’intégralité, ça ce n’est pas de ma faute, mais quand on écrit, c’est le risque, de se voir incompris et donc de devoir prendre le temps d’expliquer les choses ou alors il faut être très complet mais ça ferait des textes à rallonge qui pourrait en devenir indigeste pour les lecteurs.
    Moi je suis restée sur mon ressenti par rapport à ce mot là et mon ressenti ne change pas car il ne fait pas pour moi parti des mots que l’on peut utiliser dans de l’humiliation « positive » (à défaut de trouver un autre mot) car je ne vois pas comment il peut élever la soumise, lui faire prendre confiance en elle, etc…ce qui est pour moi un des buts de nos relations. Mais je veux bien que vous m’expliquiez comment vous voyez les choses… même si j’ai bien compris que me parler vous plait aucunement et que vous souhaitez mettre fin à cette échange, j’ai bien noté le bonne fin de semaine…

    « Que vos questions me piquent ou pas n’est pas le problème, on ne se connait pas et ce n’est pas à l’ordre du jour; je suis interpellé dans votre commentaire et j’y ai répondu… je n’ai ni le temps, ni l’envie de débattre avec vous de ce genre de sujet…. » mais ce n’est pas moi qui ait amené le sujet des relations D/s dans un le couple légitime sur le tapis, ce n’était effectivement pas le sujet de base, mais j’ai tout de même le droit de rebondir sur vos propos ou alors il ne faut pas faire un blog public, si vous ne voulez pas qu’on intervienne ou alors publiez seulement que ce qui va dans votre sens, ça ira beaucoup plus vite.

    « Je sais ce que vous pensez de la « communauté », je vous le faisais remarquer si bous ne l’aviez pas saisi…
    Et forcément, vous vous doutez bien que je n’aime pas votre façon, ne de faire, ni de penser, ni de dénigrer (régulièrement) le « d/s » qui n’est pas le votre … »
    et c’est moi qui juge? et je vous trouve très sur de vous quant à ma façon de penser et de dénigrer… j’aimerais bien avoir des exemples précis… je n’ai jamais dit que les relations bdsm ne devraient avoir lieu que dans un couple légitime. Si j’ai parlé de conscience dans un de mes commentaires, c’est parce que je sais que certaines personnes utilisent cette excuse, ça se voit comme le nez au milieu de la figure, mais je n’ai jamais dit que c’était votre cas, je vous posais la question, c’est donc que je n’avais pas la réponse, je ne suis pas devin. chacun fait ce qu’il veut tant qu’ils n’essait pas d’imposer sa vision. je n’ai pas essayer d’imposer ma vision des choses, j’ai donné mon ressenti, il m’est propre et j’ai demandé des éclaircissements, c’est bien le but d’un blog non? discuter, réfléchir, partager….

    « Pour autant, jamais (même à l’époque où l’on me faisait parvenir vos articles); je ne me suis permis de venir publier et jeter le trouble … »
    pour ce qui est de venir chez moi pour « jeter le trouble », faites donc quand vous avez des choses à dire, je réponds toujours qu’on aille dans mon sens ou non.
    Je vois très bien de quel article vous parlez… comme beaucoup vous avez retenu certaines choses et laissé passer le principal message que je voulais passer par rapport à ma vision des choses,l’hypocrisie que l’on peut rencontrer, tout ce que j’ai voulu dire c’est que ce monde n’est pas mieux ni pire que le monde vanille. je ne débattrais plus dessus car je l’ai expliqué moulte fois et c’est lassant de se répéter surtout face à des gens qui ne veulent pas lire les mots pour ce qu’ils sont réellement… quand j’écris « certains » par exemple, je ne parle pas de tout le monde…. les mots ont une grande importance pour moi…

    Elenna

  6. Bonjour Sakura,

    J’ai un peu de retard à rattraper sur ton blog en raison de nos vacances.

    Cet article a fait réagir… n’est ce pas une limite de la communication par écran interposé ?

    Comment savoir ce qui se cache derrière les mots, comment une soumise ne peut-elle pas éprouver de l’empathie pour une autre qui semble aller mal ? S’attacher à des mots forts, écrits à chaud et y percevoir une détresse… d’où l’importance de répondre et d’expliquer.

    Comme le dit justement Cataleya on apprend de ses erreurs, une amie te dirait qu’il n’y a pas d’erreur mais uniquement des apprentissages et assurément tu ne risques plus d’oublier ton collier après cette leçon.

    Je me permets de réagir à quelques commentaires sans jugement mais juste pour l’échange, je serais bien mal placée pour me faire donneuse de leçon car personne ne détient la vérité.

    Notre communauté s’il on peut la nommer ainsi est vaste et variée, chaque personne, chaque relation est unique et les codes doivent s’adapter.

    Ainsi le tutoiement en est un petit exemple, personnellement cela ne me gêne aucunement d’être tutoyée (même si de ma petite expérience en soirée Les Maîtres m’ont très souvent vouvoyée), je crois qu’il faut tout simplement s’adapter à chaque individu.

    Cette petite phrase m’a surprise « Je ne permettrai pas non plus de dire qu’une relation d/s dans un couple légitime est un non-sens même si je le pense !! », à vrai dire elle me surprend car je ne la comprends pas.

    Quand je lis tes écrits Sakura, je ne vois pas réellement de différence entre tes ressentis et les miens et j’arrive facilement à me projeter dans ce que tu vis car tes écrits me parlent.

    Vivre en couple vanille et entamer une relation M/s c’est se redécouvrir, autant au sein du couple, que soi-même en tant que Maître ou soumise.

    Il m’a longtemps été difficile d’exprimer des sentiments avec mon Maître car mon Maître n’était pas mon mari, sa personnalité, ses mots, son sadisme et nos relations sont extrêmement différentes de ce que nous avions vécus jusqu’alors et puis le temps a fait que nous avons réussi à concilier les deux.

    La plupart des couples que nous avons rencontré sont des couples légitimes, peut-on contrôler les sentiments ? Qu’on se soit rencontrés vanilles ou que la relation soit née de l’évolution d’une relation strictement bdsm au départ ? Vous n’en êtes pas là et ne le serait peut être jamais mais que se passerait il si demain l’amour que tu éprouves avec ton Maître et inversement vous poussait à vivre ensemble ?

    Je t’embrasse,

    Mes respects à ton Maître,

    Anaëlle

    • Merci du message Anaëlle,
      J’aurai tout loisir de vous expliquer mon point de vue par email (si vous le trouvez) et si cela vous intéresse 🙂
      Ce n’est que mon point de vu, basé sur mon vécu; qui n’est forcément pas universel …

    • Bonjour ma douce Anaëlle,

      Désolée du retard de ma réponse, mais les jours derniers ont été chargé.
      Je te remercie pour ton commentaire (à ce titre, je tiens à ta disposition l’email de mon Maître si tu souhaites avoir Ses réponses).

      En effet l’échange par écran interposé a ses limites, et ne N/nous permet pas un dialogue des plus fluide.

      J’avoue que oui, j’ai écris cet article à chaud, encore sous l’effet de ma déception… Et il est vrai que certains ont jugé assez durement les propos de mon Maître : N/notre relation n’a peut-être que 6 mois dans N/notre univers, mais pourtant N/nous avons déjà un vécu passé. Peut-être me faudrait-il expliquer N/notre histoire dans un article de façon à mieux comprendre la nature de N/notre relation. Si mon Maître en voit l’utilité, ce sera avec plaisir.

      Et mes erreurs ou comme tu le dis si bien, mes apprentissages, sont aussi pour moi une façon de me rassurer… Il reste encore beaucoup à apprendre, à découvrir… Grâce à Lui. Et pour tous deux.
      N/nous avançons ensemble, chacun apprenant de l’autre à sa manière.

      Quand à ta question… Savoir si N/notre amour N/nous poussait à vivre ensemble : je ne m’autorise pas à y songer. Mon Maître me l’a interdit. Je me contente de ce qu’Il m’offre. Et essaie de trouver un équilibre dans ma vie vanille, malgré la place des plus importantes qu’Il a pu y prendre. Oui c’est difficile, il le sait. Comme Il connaît mes sentiments pour Lui. Je les ai longtemps repoussé, caché, je pensais qu’avec le temps ils avaient disparu…

      Mais celui qui a le pouvoir de Vous rendre vivante, comme jamais vous ne l’avez été, celui là, jamais ne disparaît. Il marque infiniment… Au départ mon cœur, aujourd’hui mon corps et mon âme, en plus.

      Alors demain est un autre jour, et je ne sais pas de quoi il sera fait. Je sais que je suis capable de beaucoup de choses pour Lui, pour moi, pour N/nous. Mais je n’irai jamais à l’encontre de Ses désirs. Pour le moment je suis plus qu’heureuse de ce qu’Il m’offre.

      Un pas après l’autre, c’est ainsi qu’on apprend à marcher.

      Belle journée à toi ma belle Anaëlle.
      Mes respects à ton Maître.
      Sakura

  7. Bonjour Sakura,
    Je découvre votre article et j’ai envie de rebondir dessus.
    Mon Maître n’emploierait pas le mot  » incapable » pour me faire remarquer un oubli ou une erreur car il sait que je me dénigre moi-même assez facilement.
    Par contre, il a déjà employé d’autres mots qui ne m’ont pas blessé mais fait prendre conscience que c’était la vérité et m’ont permis de me rendre compte que j’avais eu un comportement inapproprié, irrespectueux envers Mon Maître.

    Chaque relation est différente.
    Chaque personne est différente.
    Ce que l’un ou l’une de nous peut supporter, l’autre ne le peut pas.
    Que l’on soit dans une relation D/s dans son couple ou en-dehors de son couple, l’essentiel est d’être heureux et que toutes les regles soient consenties et consensuelles.
    Cordialement,
    Galathee.

Laisser un commentaire