Mon Maître…. Cet Alchimiste

« Celui qui, par quelque alchimie sait extraire de son coeur, pour les refondre ensemble, compassion, respect, besoin, patience, regret, surprise et pardon crée cet atome qu’on appelle l’amour.”

Il est temps que je Vous parle de Lui. Que je Vous le présente. Tel qu’Il m’apparaît à mes yeux de soumise.

Si je devais vous décrire l’homme je Vous dirais qu’il est actif, dynamique plutôt leader. Il n’est pas du genre à se laisser guider, ni de ceux qui guident non plus. Il est de ceux qui créent. Il n’attend pas après les autres pour expérimenter, Il n’attend rien des autres, sauf peut-être la reconnaissance.  Il est entreprenant.

Il dégage cette impression de force, de confiance en Lui. Il a ce magnétisme qui aimante, et Ses mots sont toujours pesés et rarement inutiles.

Il est homme de pouvoir: Il aime diriger, Il aime décider, mener, ordonner.

Mais sous cette carapace d’homme de pouvoir, je suis convaincue qu’il existe un homme sensible. La douceur, la tendresse ne Lui sont pour autant pas inconnue et Il la manie avec la dextérité d’un magicien, dosant avec parcimonie ces moments là.

Il y a là matière à s’épanouir à Ses pieds.

Mon Maître… Celui qui est (re) venu vers moi après 7 ans, avec cette nouvelle facette que je n’osais même pas imaginer chez Lui.

7 ans oui, en effet. Il fut mon premier amant, le seul d’ailleurs. Oh… Des hommes j’en ai connu, même pendant mon mariage (couple libertin). Mais ils furent des camarades de jeu. Jamais plus. Pas de sentiments. Pas d’investissement personnel. Juste le plaisir de deux corps qui se découvrent…

Et puis, Il est entré dans ma vie, et je n’ ai pas compris. Mon cœur s’est emballé comme jamais auparavant. Et j’ai senti que cet homme avait un pouvoir particulier sur moi, une forme d’emprise. Il prenait trop de place dans ma vie, et m’ouvrait trop de portes à la tentation… J’ai pris peur, pour mon mariage, pour mes enfants. Et j’ai fuis. Lâchement. Oui… J’ai eu peur d’aimer sincèrement à 30 ans. D’aimer avec mes tripes, d’aimer intensément, de dépendre de lui…

J’avoue qu’à l’époque, je ne l’ai pas senti atteint par ma décision. Ce qui m’a sûrement aidé à prendre de la distance. Je n’étais, probablement, qu’une parmi d’autres.

Et les années ont glissées, laissant derrière moi ce sentiment d’inachevé mais étant persuadée d’avoir suivi le chemin du raisonnable. Nous sommes restés en contact sur les réseaux sociaux, sans pour autant se parler, ou échanger.

J’ai continué à le suivre, à l’observer… De loin. Par peur sûrement de réveiller ce qui pour moi devait rester enfoui.

Aujourd’hui, je sais qu’Il en a fait de même… M’observant, me regardant évoluer au travers d’un écran.

Et, alors que fin 2016 je commençais à m’éveiller au BDSM par le biais de lectures, de forum, de recherches sur le sujet, alors que je prenais doucement conscience de mon besoin de soumission, Il est revenu vers moi.

Une approche somme toute classique, que j’ai d’abord rejetée, en Block. Mais Il a l’art et la manière de savoir entrer dans mon esprit. Doucement Il a avancé vers moi, jusqu’à me faire comprendre qu’Il était disposé à m’accompagner dans mon cheminement, ayant Lui aussi découvert cet attrait, ce besoin, ce plaisir de dominer.

Ce ne fut pas simple, je l’avoue. J’ai réouvert un chapitre de ma vie que je croyais définitivement clos. J’ai à nouveau eu peur: 7 ans après, les sentiments que j’avais sont remontés à la surface sans aucune difficulté. Et il m’a fallu un moment pour trouver un équilibre entre mon amour pour Lui, mes besoins de soumission, et Ses désirs à Lui.

Depuis 7 mois, Il me guide. Il me transforme. Il fait de moi une toute autre femme: plus déterminée, plus forte, plus ouverte sur la vie. Il m’a rendue encore plus passionnée, plus amoureuse du Tout qu’Il m’offrait.

Et mon dieu, non seulement je l’aime, bien que ce mot soit faible à mes yeux, mais je l’admire pour l’homme et le Maître qu’Il est.

Je l’admire pour Sa patience, Sa pertinence, Son désir de me voir évoluer, grandir de Ses mains.

Je l’admire pour Sa persévérance à me garder dans Son giron, Sa façon de me tenir en laisse mentalement. Cette laisse qui est N/notre lien et qui m’a rendue bien plus libre, paradoxalement.

Je l’admire par Sa capacité à Se remettre en question, à vouloir évoluer également, à avancer parfois à l’aveugle avec moi.

N/nous avons tous deux un intérêt commun pour la culture asiatique, et j’aime voir en Lui ma légende du « fil rouge du Destin » : D’après la légende japonaise, un fil rouge, provenant du cœur dans la continuité de nos veines,   ne s’arrête pas au bout du doigt. Il s’étend sous la forme d’un fil rouge invisible, qui « sort » de l’auriculaire, et qui finit par s’entremêler avec celui d’une autre personne, en reliant leurs coeurs ensemble.

Deux personnes liées de cette façon sont liées par le Destin. Tôt ou tard, elles sont destinées à se rencontrer, et ce, peu importe la distance qui les sépare, ou leurs différences. Lorsque ça arrive, cette rencontre marque profondément les deux personnes. Les fils peuvent parfois s’étendre et s’emmêler, ce qui peut repousser la rencontre. Mais il ne cassera jamais…

Hier a été ce qu’Il fut pour qu’aujourd’hui soit ce qu’il est. Et demain reste une inconnue qui ne m’effraie pas. Je sais qu’Il ne sera jamais loin de moi. N/nos chemins se croisent et se décroisent, peut-être de façon sinueuse, mais je suis intimement persuadée que N/nous sommes amenés à cheminer ensemble, même si ce n’est pas dans le cadre d’une vie classique où je m’éveillerai chaque matin à Ses côtés.

Comme chaque être vivant est unique, chaque relation est particulière. Ce que N/nous en faisons est le résultat d’une alchimie… Et pour ma part, nul besoin de chercher plus loin mon Alchimiste.

Il m’a trouvé, Lui. Et je me rends compte aujourd’hui qu’Il me connaît bien mieux que quiconque.

Je Lui appartiens comme je ne me suis jamais donnée à aucun homme auparavant.

Et je suis convaincue que s’ouvre à N/nous une étendue infinie de plaisirs et de découvertes.

Pour tout cela, pour cette nouvelle naissance de ma personnalité, je Le remercie humblement.

“Aimer, ce n’est pas se rechercher soi, c’est se quitter, faire abnégation de soi-même pour se livrer à l’autre.”

Merci mon Maître, pour tout cela, et bien plus encore.

Qu’il est bon de grandir sous l’aile du Dragon. 

Une réflexion au sujet de « Mon Maître…. Cet Alchimiste »

  1. Bonjour Sakura
    Comme toujours un texte magnifique et poignant
    Quel plaisir d’en apprendre plus sur votre maître et sur la manière dont vous le voyez et le ressentez.
    De voir et ressentir ce que vous ressentez est un réel plaisir croyez moi.
    Un grand merci de partager ceci avec nous

    Respectueusement
    Maître G1

Laisser un commentaire