Notre lien invisible

Je suis soumise à mon Maître H24. Mais N/nous ne vivons pas ensemble : je suis également épouse et mère dans ma vie  » vanille  ». Mon Maître a également quelqu’un dans sa vie.

Et N/nous avons N/nos moments à N/nous. Ceux où N/nous laissons s’épanouir N/nos désirs et plaisirs: moi, celui de me soumettre à Lui, m’épanouir à ses pieds, apprendre, évoluer, être guidée par Lui.

Je ne pourrais pas parler pour mon Maître, mais je suppose que le sien est de laisser son esprit Dominant être libre d’agir avec moi, m’éduquer, me recadrer… Me voir évoluer.

Et chaque moment loin de Lui est difficile : l’état de manque, le vide. Ce sentiment d’impuissance, cette impression de subir, cette incroyable solitude, sont tout autant de sentiments difficiles à supporter.

Je comprends qu’il me faut accepter tout ces ressentis : ils font partis de ma soumission. Ils sont ma condition.

J’apprends encore. Je lutte quotidiennement avec mes doutes et mes peurs. Le sentir loin, la peur qu’il m’oublie, qu’il s’éloigne de moi… La peur de le perdre, simplement.

Et chaque jour je me rassure. Du moins j’essaie. Je me raccroche à un mot. Une réponse à un message. Mais tellement bref. Tellement distant.

Inévitablement, j’en souffre, oui. Mentalement, physiquement. Parfois je le ressens d’une violence extrême. La douleur physique du manque, mêlée à ce sevrage psychologique…. Et ne pas laisser mes ressentis envahir ma vie quotidienne. J’ai parfois ce sentiment de devenir folle, à force de devoir sourire extérieurement, alors que je me sens mourir à l’intérieur.

Mais j’apprends à vivre avec cette souffrance. Il ne m’impose rien. J’ai fait ce choix de soumission. Et cet état de junkie en attente de sa dose, je me l’impose à moi même, seule.

Alors, chaque jour j’essaie. J’essaie de limiter mes messages pour ne pas L’envahir. Respecter Sa vie. Ne pas le mettre en danger non plus.

J’essaie de m’occuper, je m’investis professionnellement, et l’horloge tourne… A peine un peu plus vite. Ma vie vanille m’occupe aussi, mais Il est là… Dans ma tête, dans mon corps, dans mon cœur. Alors dès que je peux, je prends ma plume pour le retrouver… Un peu. De loin.

Je dois apprendre encore.

Je dois m’habituer.

Je dois me faire confiance.

Il m’a fait ce merveilleux cadeau : le manque. Il m’est impossible de me passer de Lui. Même en sa présence, Il me manque déjà.

 

 

9 réflexions au sujet de « Notre lien invisible »

  1. Bonjour à toi, quel plaisir pour moi de te lire.
    Je me posais la question tu dis être en couple et Ton Maitre aussi comme tu gères la situation entre ta vie avec ton homme et ton Maitre. Comment ton homme le vit ? Je me permet cette question car si j’ai bien lu ton blog je suis dans la même situation. Et apprendre a gérer ma vie de femme et ma vie de soumise il me tarde de te lire car c’est magnifique.
    Cataleya

    • Bonjour Cataleya.

      Déjà merci à toi pour ton compliment. Comment je gère mon quotidien avec ma relation avec mon Maître et mon époux ? A la base, mon époux et moi sommes libertins, ce qui aide déjà en soit. Mais qui ne fait pas tout, car libertiner et avoir un Maître sont des choses sans aucun rapport.
      Mon époux n’est pas vraiment au courant de ma relation, je m’explique. Il y a quelques mois je lui ai parlé de mes attirances vers cet univers, j’avais envie de le découvrir et avec lui aurait été un petit plus non négligeable. Oui oui, j’aime mon mari. Sauf que… Mon homme n’est pas un dominant loin de là. Et l’univers BDSM n’est pour lui ni rassurant ni excitant. Il m’a donc fait comprendre que si je souhaitais le découvrir, je le ferais sans lui. Mais qu’il ne souhaitait pas le savoir, ni en connaître les détails. Ça a été dur au début pour moi. Car nous partageons tout. Mais je respecte aussi son choix, comme lui respecte les miens.
      Et oui, j’aime mon mari, et j’aime mon Maître. Mais de façon complètement différentes.
      Après dans le quotidien, j’accorde du temps à mon époux, à notre relation,à nos enfants, nos amis… Notre vie quoi. Mais ce que personne ne sait c’est que mon Maître occupe aussi chacune de mes pensées, dirige indirectement chacune de mes actions.
      J’ai trouvé un équilibre. Et je m’y épanouie.
      J’espère que tu trouveras le tien avec le temps. Nos vies peuvent parfois sembler compliquées au quotidien, mais il suffit de trouver sa place auprès de chacun d’eux : la soumise / l’épouse. Et l’épouse ne sera jamais plus vraiment la même, il faut l’accepter.
      Belle journée à toi Cataleya.

      • Merci Sakura aurais tu un mail pour communiquer autrement que ici sa me ferais du bien de discuter de ton expérience pour m’aider dans la miene
        Cataleya

        • Mon Maître ne souhaite pas que je communique par mail pour le moment. N’hésite pas à me parler ici, je te répondrai toujours avec plaisir. Et d’autres que moi pourront aussi t’aider ici. Mon Blog est naissant mais j’ai espoir d’y voir venir quelques uns de mes contacts…
          D’ailleurs une question : tu es arrivée ici comment ?
          N’hésite pas à me parler.
          Au plaisir de te lire.
          Sakura

          • Par le blog d anaelle . Je vis la même situation comme je te l’ai dis mais c’est frai 2 mois aujourd’hui et je suis bien j’ai juste du mal à géré ma vie conjugal et Mon Maitre comment fais tu toi pour arriver à te partager entre eux

          • Je n’ai pas le sentiment de me partager. Je t’explique. Pour moi il y a ma vie vanille, celle qui m’a apporté un époux attentionné, amoureux, deux beaux enfants. C’est la tendresse, le réconfort. Et je suis sûre de mes sentiments pour mon mari. Nous avons comme tous les couples des moments difficiles, de doutes.
            Et il y a ma vie avec mon Maître. Elle se mêle à mon quotidien car je Lui suis soumise H24. Je ne vis pas ma soumission que pendant mes séances. Donc Il est en moi, dans mon esprit, dans mon cœur… A chaque instant. Il m’apporte mon équilibre. Il me complète. Je l’aime également. D’une façon plus intense, plus passionnée, plus enivrante que je n’aime mon époux. Mais N/notre amour n’est pas le même à mes yeux. Je ne l’envisage pas comme un époux potentiel. La magie de N/notre relation réside dans ce qu’elle a d’unique et de fort en sensations, don de soi, abnégation et j’en passe. Toutes ces choses, ces ressentis qui sont propres à N/notre relation.
            Mon époux c’est l’apaisement, la sécurité, la tranquillité.
            Il te faudra un peu de temps pour trouver ton équilibre. Mais garde bien en tête qu’il te faut laisser de la place aux deux hommes dans ton cœur.
            Chacun ayant un rôle totalement différent à jouer. Et pourtant nécessaire.
            J’espère avoir pu te répondre un peu.
            Garde confiance en toi. Tout se mettra en place en temps voulu.
            Je t’embrasse.
            Sakura.

  2. Cet article m’a permis d’y voir beaucoup plus clair. A vrai dire je n’arrivais pas exactement à cerner votre relation, ensemble depuis un moment mais sans vivre ensemble, il me manquait une pièce au puzzle et je l’ai enfin trouvée dans cet article.

    La réponse que tu as apportée à Cataleya n’a fait que le compléter. Car même si libertinage et bdsm sont deux choses différentes je n’ai pas cette impression que tu agisses dans le dos de ton mari puisque tu l’as mis au courant de tes envies et implicitement il t’a permis de les réaliser.

    Nos vies sont extrêmement différentes puisque comme tu le sais mon Maître n’est autre que mon mari cependant le ressenti est incroyablement identique lors que tu dis que tu as un « époux attentionné, amoureux, deux beaux enfants. C’est la tendresse, le réconfort » et de ton Maître  » Je l’aime également. D’une façon plus intense, plus passionnée, plus enivrante ».

    Je vis exactement la même chose mais avec la même personne.

    Merci pour ce partage et cette sincérité,

    Je t’embrasse,
    Anaëlle

    • Merci Anaëlle de ton passage ici, dans mon âme.
      Je te lis également, et j’avoue que je trouve magnifique la possibilité de vivre ainsi en couple cette relation.
      J’ai conscience qu’il en aurait été bien autrement pour moi si mon époux s’était senti à la hauteur de la tâche.
      Mais il n’en est rien. Et je ne le regrette absolument pas. Ce que je vis avec mon Maître est tellement unique, tellement puissant….
      Et j’ai ce doux fantasme de pouvoir vivre ma soumission quelques jours en continu… Au moins ça.
      A l’impossible nul n’est tenu, mais j’en caresse l’espoir, en gardant la tête sur les épaules toutefois.

      Je t’embrasse ma belle Anaëlle.
      Au plaisir de te retrouver ici ou  » chez toi  ».
      Sakura

  3. J’imagine comme ça doit être dur comme relation mais j’imagine aussi que chaque séance au compteur doit compter énormément et laisser de merveilleux souvenirs qui à chaque fois font de vos retrouvailles des moments intenses

Laisser un commentaire