29/12/2017: Une Nuit Précieuse

 

 »J’aimerais, avant de m’endormir, entendre les battements de Votre cœur qui bercent mon sommeil…
J’aimerais, avant de m’endormir, ressentir la chaleur de Votre peau contre la mienne…
J’aimerais, avant de m’endormir, entendre Votre respiration apaisée par le repos…
J’aimerais, avant de m’endormir, que N/nos lèvres soient scellées par un dernier baiser…
J’aimerais, avant de m’endormir, que Vos bras m’entourent d’un cocon protecteur…
J’aimerais, avant de m’endormir, avoir la certitude que demain Vous serez encore près de moi. »

 

Mes draps sont encore emprunts de Votre odeur à l’heure où je Vous écris ces mots.

Ce besoin viscéral que j’ai de Vous retrouver encore et toujours, par n’importe quel moyen que ce soit, ici ou ailleurs.

Ce besoin de venir Vous partager l’impressionnante multitude de ressentis, d’émotions qui m’ont traversées hier et encore aujourd’hui.

Tout à commencer déjà Mercredi, subtilement…lorsque je suis montée dans mon train pour rentrer chez moi. A mesure que les kilomètres défilaient sous mes yeux, je savais que je me rapprochais de Vous aussi.
Mais voilà…. Mercredi. Encore deux jours à attendre avant de Vous retrouver, avant de pouvoir me sentir moi, l’unique, la seule que j’aime être vraiment, celle qui n’a ni masque ni faux semblant.

Deux jours qui malgré tout passent relativement vite. L’impatience des premiers temps laissant doucement sa place à une excitation non contrôlée.

Et pour cause: non seulement je savais que Vous m’offriez une nuit avec Vous, mais qui plus est, chez moi. Et le mélange de ces deux choses m’a rendue presque hystérique… Vendredi, à mesure que l’heure approchait, je suis passée par un panel de sentiments aussi vaste que la palette d’un artiste peintre peut l’être… telle l’anxiété (de ne pas Vous voir arriver), le doute (serais-je à la hauteur de Vos attentes), la peur (et si…), le tout mêlé à ces sentiments d’une teinte plus agréable: l’excitation, l’euphorie, la nervosité, l’effervescence…. Comment pouvez-Vous réussir à me mettre dans des états pareils sans même être présent?

Donc malgré les montagnes russes que connaissent mes sentiments, tantôt euphorique, tantôt anxieuse…j’arrive à tout mettre en place à la maison pour pouvoir Vous recevoir convenablement.

Je porte la nuisette noire et rouge que Vous avez choisie parmi celles que je possède, mes bas et talons hauts, comme demandé.

Continuer la lecture

Déjeuner du 11/12/2017 : Vous entendre.

 

 » On adoucit les souffrances d’autrui en en prenant sa part, on double ses jouissances en les faisant partager. » Alfred Auguste Pilavoine.

J’ai pris la route, plus apaisée que la veille.
Ce sentiment que j’ai connu depuis dimanche soir, suite à la non lecture de mes deux écrits, suite à N/nos échanges où Vous ne laissez rien percevoir de Vos sentiments ou ressentis quelqu’ils soient pour moi, alors que l’absence de séance de jeudi me fait ressentir un manque non négligeable… Je Vous sens loin… Loin de moi physiquement bien évidemment, mais par la pensée également. Et j’ai alors eu peur de n’être qu’un divertissement, qu’une petite chose accessoire qui vient Vous divertir deux fois par semaine… Et cela m’a fait horriblement mal.

Continuer la lecture

Séance du 30/11/2017 : Bonheur(s) à profusion

 

Le bonheur ne sait ni craindre ni prévoir, il jouit et ne réfléchit pas.

Jeudi…

Me voilà en route pour Vous retrouver. Ce même chemin que j’emprunte depuis des mois, non par habitude mais par désir, par besoin.
Cela s’insinue en moi dès l’après midi, où je commence à compter les heures…. Et ce moment où je glisse mes jambes sur mon fauteuil, où mes mains se posent sur mon volant et où j’allume le contact libérant les vrombissements de mon moteur et ceux de mon corps.
Je vois glisser sous mes yeux cette longue étendue de bitume où se reflètent mes phares… Grisée par la nécessité de Vous retrouver encore et toujours… Pas de lassitude, pas d’habitude, pas de train train.
Je ne sais jamais si Vous m’attendez avec ce même désir, cette même envie… Mais je me laisse le croire. Après tout Vous sauriez me le faire comprendre si ce n’était pas le cas.

Continuer la lecture

Mon ennemi, c’est moi.

« Le premier ennemi à combattre est à l’intérieur de soi. Souvent, c’est le seul. » Christine Orbane. 

 

Que je résume un peu le pourquoi de ce titre affirmatif : Mon ennemi, c’est moi.

Il y a eu cette difficile séance du 12 octobre sur laquelle je ne reviendrai pas. Depuis, N/notre relation a évolué : le Maître et la soumise ne sont plus les seuls parties en présence, l’Homme et la femme le sont aussi. Mais je n’arrive pas à trouver la place de cette dernière au sein de N/notre relation. Aussi je doute, j’ai mille et une question qui m’assaille, et je me sens perdue.

Aussi, je comprends aujourd’hui que je ne vais pas dans la bonne direction.

D’où mon analyse ci-dessous dont je V/vous fait part.

Continuer la lecture

Se retrouver, se re-découvrir.

 

 « Les routes les plus difficiles mènent aux plus belles destinations. »-Anonyme. 

 

Comme Vous Vous en doutez les dernières semaines n’ont pas été des plus faciles.

Depuis cette séance compliquée du 12 octobre, soit presque 3 semaines, N/nous n’avons principalement que parlé, échangé sur N/nos difficultés. Et c’était nécessaire.

J’ai le sentiment toutefois que Vous avez mené une introspection plutôt lourde suite à tout ça.

N/nous avons parlé mots d’alerte, N/nous avons parlé de moi, N/nous avons parlé de N/nous.

Puis sont venues les vacances. Un nouveau temps de réflexion, loin de Vous. 12 jours sans Vous voir.

Continuer la lecture

« Si….Tu seras un Homme mon fils » – Rudyard Kipling

 

Si tu peux voir détruit l’ouvrage de ta vie
Et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir,
Ou, perdre d’un seul coup le gain de cent parties
Sans un geste et sans un soupir ;

Si tu peux être amant sans être fou d’amour,
Si tu peux être fort sans cesser d’être tendre
Et, te sentant haï sans haïr à ton tour,
Pourtant lutter et te défendre ;

Si tu peux supporter d’entendre tes paroles
Travesties par des gueux pour exciter des sots,
Et d’entendre mentir sur toi leur bouche folle,
Sans mentir toi-même d’un seul mot ;

Si tu peux rester digne en étant populaire,
Si tu peux rester peuple en conseillant les rois
Et si tu peux aimer tous tes amis en frère
Sans qu’aucun d’eux soit tout pour toi ;

Continuer la lecture

Séance du 10/10/17 : Jouer les Mata Hari

 

Le 15 octobre 1917, Margaretha Zelle, mondialement célèbre sous le nom de Mata Hari, et dont les danses très dénudées avaient défrayé la chronique, était, à 41 ans, fusillée pour espionnage.

A l’aube de la célébration des 100 ans de sa mort, mon Maître a fait de moi Sa Mata Hari, le temps d’une petite heure….

Je L’ai rejoins vers midi ce mardi. Je Le sentais tendu ces derniers temps, et pour cause : Son activité . Aussi, à peine installée sur mon tapis, Il me dit:

« Aujourd’hui, tu vas jouer les espionne pour moi… Tu vas te rendre chez un de mes concurrents, et tu essaieras de voir les tarifs qu’il pratique. Pose lui autant de questions que tu pourras, essaye de l’amener à parler de moi. Retiens le plus d’informations possible. Et reviens me faire ton débriefing »

Continuer la lecture

Séance du 05/10/17 : Mon anniversaire.

 

« Les anniversaires ne valent que s’ils constituent des ponts jetés vers l’avenir » 
Une journée particulière, qui annonçait sûrement une séance toute aussi particulière: J’étais à l’aube de ma 39ème année.

Je savais que ce soir, j’avais mille et une chose à aborder avec mon Maître, toutes inscrites dans mon petit calepin virtuel, tant ma mémoire semble s’enfuir lorsque je suis en Sa présence. Mes moments d’absence où seul Lui compte à mes yeux.

Mais j’étais résolument décidée cette fois ci à ne pas laisser passer l’opportunité d’avoir les réponses aux questions que j’avais. Soirée spéciale ou non, je trouverai un moment, un instant pour glisser une à une les thématiques à aborder.

La journée m’avait semblée longue tant mon esprit était avide de Lui. Mais j’étais là, dans ma voiture, glissée dans une robe noire moulante, à la cuisse largement échancrée… J’inaugurais ce soir mon body string en simili cuir, acheté quelques semaines auparavant et attendant le moment opportun pour pouvoir le porter.

Mon collier enserrant mon cou, je glissais ma main autour en garant ma voiture. Un petit rituel que j’ai pris, qui me permet de ressentir Son emprise tant physiquement qu’emotionnellement, avant d’entrer en séance.

Sa rue, Sa porte. Entrer, fermer le verrou. Son escalier… Monter… Mon cœur battant dans ma poitrine… Et enfin… Lui.  Mon Maître. Mon univers.

Continuer la lecture

Séance du 02/10/17 : Mon âme enchaînée

 

« Et finalement… cette question… le mystère… Qui raconte l’histoire de qui… Qui lève le rideau… Qui choisit les pas que nous allons danser… Qui nous rend fou… nous cingle de coups de fouet et nous acclame dans la victoire quand nous survivons à l’impossible… Qui fait tout cela… Qui fait en sorte que notre existence honore les autres… Qui nous chante que nous ne mourrons jamais… Qui nous apprend ce qu’est la vérité, ce qu’est le mensonge… Qui décide pourquoi l’on vit et quel combat mérite que l’on risque la mort… Qui nous enchaîne, et qui détient la clé qui peut nous libérer… C’est VOUS » – Sucker Punch 
Avec Votre autorisation, je suis arrivée bien plus tôt ce mardi …. Une petite heure d’avance.
Un besoin de Vous retrouver suite à ces derniers jours difficiles pour moi, où nombres de questions m’ont submergées mettant à mal mon équilibre.
Un besoin de me retrouver à ma place, et de retrouver l’équilibre.

J’arrive à Votre bureau. Un rapide échange de regards, où je pense Vous lisez en moi mes doutes et mes incertitudes.

« Monte à l’étage. Retire ta robe, baisse le volet et mets toi sur ton tapis. »

Je monte donc à l’étage. Je pose mes affaires, et vais pour retirer ma robe. Suivre les ordres, tels qu’Il me les a donner…. Le volet est grand ouvert… et je vois les passants dans la rue. Je devine que si l’un d’entre eux lève les yeux, il pourrait m’apercevoir. Mais je ne suis pas nue, juste en sous-vêtement. L’idée me plaît, comme à mon habitude. En talons et dessous, je me dirige vers la fenêtre pour baisser le volet roulant.
Continuer la lecture