Pause déjeuner….

 

Midi tapante dans la voiture. Je crois avoir trouvé comment gagner quelques minutes pour ne pas arriver trop en retard le mardi midi : partir plus tôt le matin et réussir à stationner proche du bureau. Je gagne une dizaine de minutes… Et 10 minutes de plus avec Lui, c’est déjà beaucoup pour moi.

Je suis donc en chemin… Enchantée, ravie, excitée de le retrouver !! Mon collier ?? Rassurez-V/vous, il a repris sa place dans ma boîte à gants, dans sa pochette… Je le glisse à mon cou. Comme à chaque fois, ma main glisse sur ce petit bandeau de cuir et de strass, avec plaisir et fierté. Comme j’aime le porter! Je me sens moi, prête à assouvir Ses désirs, prête à être Sienne, pleinement.

Je me gare, je suis devant chez Lui. Porte close. Je Lui indique ma présence. Attendant dehors quelques instants. Il vient m’ouvrir… Mon visage s’illumine de Sa présence. Mon corps en appel au sien. Cette envie d’être contre Lui, cette envie de le sentir en moi, cette envie de m’offrir à Lui… M’envahit.

Je Le suis dans les escaliers. Je dépose mes affaires à leur place, et m’installe sur mon tapis. Claquement de doigts. Je viens saluer mon Maître, embrasser Ses nobles chevilles.

Mon Maître m’attire alors à Lui. Il dépose un tendre baiser sur ma joue, et mon visage contre son torse.

Je m’enfouis en Lui. Je suis bien. Incroyablement bien.

Il relève ma jupe sur mes hanches.. Ses mains viennent caresser mes fesses.. Sa main glisse entre mes cuisses… Trempée. Et oui mon Maître, je suis toujours aussi excitée de me trouver à Vos pieds.

« tu es venu chercher ta friandise ? Ma petite bourgeoise ? » 

« Aussi, oui mon Maître ! »

Et Il me la donne. Avec gourmandise, je la lèche, je la prends entre mes lèvres… Que j’aime Votre queue mon Maître ! Ma main glisse sur elle, ma langue Le lèche… Je L’aspire, je L’avale aussi loin que ma gorge m’y autorise, et j’y prends un plaisir intense.

Mon Maître me félicite, mais m’interrompt dans ma dégustation…

Il m’installe sur Ses genoux. Sa main vient claquer mon cul. A plusieurs reprises. Je me régale de cette attention. J’aime sentir Ses mains venir rebondir sur mes fesses, j’aime l’échauffement que cela me procure… Et ce sourire qui vient se poser sur mes lèvres…

« Allonge toi sur le dos » 

Je m’exécute. Retirant à Sa demande mon string déjà trempé.

Allongée sur le dos, Il glisse Sa queue en moi…. Oh ce plaisir ! Décupler de L’avoir ainsi face à moi. Je profite de la position pour poser une main sur Ses hanches. Il me saisit alors les poignets et les retient au dessus de ma tête… J’aurais essayé… Sourire. J’aime son emprise, j’aime sentir son souffle sur mon cou, sa peau contre la mienne. Mes jambes repliée vers moi, je Lui offre mon corps, profondément…

Ses va et vient me font rapidement effet : je suis jouissante. Il me demande le silence. Ne veut pas m’entendre. Je retiens mes cris, et par la même mon orgasme si proche. La frustration est délicieuse. Me résigner à Lui obéir. Me frustrer pour Son plaisir… Tout en ne sachant pas s’Il me laissera jouir ou non.

Il s’interrompt, se retirant de moi. Mon corps a faim de Lui, de Sa queue en moi. J’ai besoin de me sentir possédée par Lui. De devenir Sa chose, Sa chienne, encore plus.

« Mets toi à quatre pattes, là sur la table basse ! » 

Mes mains sur le rebord de la table, je cambre mon dos, offrant mon antre dégoulinante de désir à mon Maître. Je sens entre mes cuisses ce besoin, ce désir… A en avoir mal au ventre.

« ne t’avise pas de tomber » 

Mes mains se resserrent sur le rebord de la table, deux précautions valent mieux qu’une.

« j’ai tellement envie de profiter de toi ma bonne chienne, ma belle bourgeoise, que je ne sais pas si tu auras le temps de manger » 

« je peux me passer de manger mon Maître », en effet, Vous êtes mon meilleur repas.

Ses mains sur mes hanches, mon Maître me baise comme la petite chienne en chaleur que je suis… Ahhhh…. Sa petite bourgeoise… En tenue Working Girl, petite jupe rose pâle remontée sur les hanches, une de Ses mains vient glisser dans mon soutien gorge, libérant un de mes seins qu’Il vient enserrer dans sa main ferme et puissante… M’assenant simultanément Ses coups de butoir au creux des reins.

« carresse toi ! » 

Ma main s’empresse de venir toucher mon bouton de plaisir, je le caresse, le titille, l’attise. N/nos gestes en osmose, je ne peux me retenir de gémir.

« ta gueule ! »

Je me mords la lèvre pour ne pas laisser le moindre son sortir, me concentrant sur ma respiration pour ne pas jouir sans son autorisation, mais bon sang que c’est difficile !!

Sa main remonte sur ma crinière : Il rassemble mes cheveux et me tire la tête en arrière : l’effet est immédiat, mon collier vient serrer ma gorge, me faisant légèrement suffoquer… Le manque d’air me grise, et je suis aux portes de l’orgasme à nouveau.

Stop. Il s’arrête de nouveau. Je ne bouge pas, j’en profite pour souffler, tenter de redescendre un peu.

« viens sur moi » 

Oh je ne me fais pas prier ! Ni une ni deux je viens m’empaler sur mon Maître. Face à Lui. Je me cambre pour le faire entrer au plus profond de moi, et Il répond par un coup de rein plus fort… J’ose lever les yeux, je glisse quelques secondes mon regard dans le sien…. Et je m’y perds. Ce regard me déstabilise complètement: à la fois excitant et excité, fort et droit, j’y lis Sa puissance, et Son emprise sur moi… J’y lis tout le plaisir qu’Il prend à me voir ainsi offerte, à me voir m’épanouir. Son regard est mon coup de grâce…

« je veux t’entendre, vas y…. Jouis pour moi. » 

Mes mouvements de bassin s’intensifient. Mes muscles sont tendues, mes mains posées sur Ses bras, où je peux sentir se dessiner chacun de Ses muscles. Son corps est un délice, une parfaite harmonie… Sculpté pour le plaisir du regard, le plaisir du toucher…

Mon corps Lui obéit au doigt et à l’œil :Il me possède complètement, mon corps répond à chacun de Ses gestes, chacun de Ses mots,chacun de Ses regards.

Je sens alors ce frémissement glisser le long de mon dos, remonter ma colonne vertébrale… Je le laisse m’envahir, lui que j’ai contenu en moi à plusieurs reprises, mon orgasme en est décuplé… Et au moment où je pense redescendre un peu, je sens que mon Maître va jouir à Son tour… Je continue de plus belle mes va et vient sur son membre gonflé de plaisir, le sentant glisser en moi. Le savoir jouissant à Son tour, du plaisir que je peux Lui donner, éveille un deuxième orgasme en moi. Je le laisse m’inonder, je crie mon plaisir, face à mon Maître,  tout en écoutant le plaisir que Lui prend. Je ne saurai décrire cet instant magique… Tant de ressentis, tant de connexions… Ce sentiment de Lui devoir tellement. Je m’effondre au creux de son cou, mon corps moite de Notre échange, l’esprit tremblant de mon plaisir.

Mon Maître se lève, direction la salle de bain. Je suis à genoux sur le canapé, une main sur ma cuisse, l’autre sur le dossier du canapé.

« ne bouge pas ! » 

Pas bouger. Je suis tremblante mais je ne bougerai pas. Pas sans Son autorisation.

Il revient quelques minutes plus tard.

N/nous mangerons tout de même… Sourire. Ce moment où N/nous échangeons sur tout. Mon sourire, mon bien-être, mon bonheur… Je Vous les dois mon Maître Adoré. Vous illuminez mon déjeuner du Mardi.

Et vient le moment de partir. Un baiser déposé sur ma joue. Un retour sur terre… Votre regard qui me dit au revoir… Comme j’aimerais rester encore un peu, la route grignote N/notre déjeuné…. Si elle pouvait se faire plus vite…

J’avoue que j’appréhende chacune de N/nos séparations…. Ce vide que Vous laissez en moi à chaque départ… Surtout avec les impératifs de N/nos vacances.

Vous me manquez intensément mon Maître. Il me tarde de me retrouver à Vos pieds pour quelques heures de plus.

Votre dévouée soumise

Sakura.

 

2 réflexions au sujet de « Pause déjeuner…. »

Laisser un commentaire