Séance du 06/07/2017…. Mon cadeau.

 

« La tendresse, c’est mon regard émerveillé sur ce que Vous me donnez, c’est Votre regard ébloui sur ce que je Vous offre. C’est une parole ou un silence qui devient offrande. »

Je Vous retrouve. Jeudi soir. N/notre rendez-vous. Celui que je languis.

Ce jeudi là je l’attendais. Un peu avec appréhension, j’avoue. Pourquoi ? Simplement parce que 6 mois. Parce que N/nous avons passé le cap d’une demi année. Parce que je m’attendais à une séance des plus intenses pour marquer l’événement.

Oh intense elle le fut. Mais d’une intensité que je n’avais jamais approché auparavant. Surprenante.

Alors me voilà. En place sur mon tapis. A genoux. Attendant que mon cœur veuille bien reprendre un rythme plus doux, que ma respiration soit plus sereine… Je Vous observe du coin de l’œil. Assis dans Votre canapé, occupé sur Votre téléphone.

Quelques minutes s’écoulent… Claquement de doigts. J’arrive devant Vous, à quatre pattes et me prosterne humblement à Vos pieds.

J’embrasse Vos chevilles. Avec douceur, Vous m’amenez vers Vous. Vos lèvres goûtent les miennes, Votre main sur mon cou. Je flotte à l’intérieur de mon âme tellement j’aime ces instants. Vous m’invitez à poser ma tête sur Votre torse. Et je reste ainsi de longue minutes à Vous câliner. Votre main caressant tantôt ma nuque, tantôt mon dos, tantôt ma joue ou encore ma tête…

Je me nourris de ce moment de tendresse.

J’attends patiemment Votre demande. Comme Vous m’y avez habituée. Celle où je dois me concentrer sur Votre plaisir, Votre queue entre mes lèvres. Mais Vous prenez le temps ce soir. Celui de me garder tout contre Vous. En contact. Et je m’apaise entre Vos bras.

Je suis divinement bien, lorsque Vous Vous levez: Vous venez Vous placer derrière moi. Vous relevez ma robe. Vos mains viennent d’abord caresser le haut de mes fesses, puis, un premier claquement. Votre main vient honorer mon cul. Je souris. Vous recommencez. A chaque claque je souris d’avantage. Mon dieu que je suis bien sous Vos mains. Comme il est divin de Vous appartenir !! Mon visage doit être rayonnant de bien être à cet instant… Je ne sais pas si Vous avez pu le voir.

« Va N/nous servir à boire »

Juchée sur mes 14 cm de fière soumission, je N/nous ramène N/nos verres. Je me replace sur mon tapis, à genoux. Vous me faites placer dos face à Vous, assis sur Votre canapé. Vos mains viennent caresser mon dos, d’une infinie tendresse. Votre main me pousse légèrement en avant.

« A quatre pattes »

Je me place. Et Vous sers alors de table. Votre verre posé au creux de mes épaules. Ne pas bouger, ne pas trembler. Devenir meuble. Vous reprenez Votre verre, et venez poser Vos pieds sur mon dos… Me voilà pouf ! Sourire….

Vous Vous déshabillez et reprenez place devant moi.

Vous venez d’abord glisser Votre main entre mes cuisses ouvertes. Vos doigts glissent en moi, prenant ainsi le degré de température de mon plaisir d’être à Vos pieds.

« et bien ! On dirait que tu es toute trempée ? Comment ça se fait ? » 

« Mon plaisir d’être avec Vous mon Maître… Et Vous m’y avez éduquée »

En effet, avec le recul je m’aperçois que je n’ai plus besoin de vérifier avant d’arriver chez Lui, si mon taux d’humidité est convenable. Je suis humide dès que je monte en voiture le rejoindre. Et s’il me touche…. Je coule comme je n’ai jamais coulé auparavant.

Vous glissez Vos doigts dans ma bouche… Et je me déguste… Je Vous suce les doigts recouvert de ma cyprine. Mon visage est à quelques centimètres de Votre queue et… Ce n’est pas Vos doigts que j’aimerais glisser entre mes lèvres.

 » Enleve ça c’est inutile »

Je retire délicatement ma petite culotte… Et Vous la tend. Vous la lancez. D’un mouvement du regard Vous me faites comprendre d’aller la chercher. A quatre pattes, je file récupérer mon dessous. Je vais pour le prendre à la main (grrrrrr… Les réflexes !!!) mais avant que Vous n’ayez le temps de me dire quoi que ce soit, je me corrige toute seule !! Je la saisie avec la bouche et Vous la rapporte.

Je me retrouve juste devant Vous, Vous, nu devant moi… Et je ne sais pas si Vous le lisez dans mes yeux, mais Votre main sur mon cou m’invite avec douceur à Vous déguster.

« suce moi ! » 

« Avec plaisir mon Maître ! »

Je glisse mes lèvres autour de Votre gland, ma langue venant s’enrouler autour de Votre queue. Puis, je Vous prends la queue à pleine bouche, glissant au fond de ma gorge. Je Vous dévore de ma gourmandise. Je ne saurai me lasser.

Je Vous dis combien j’aime ça, combien j’aime Vous sucer. Combien j’aime Vous sentir si dur entre mes lèvres… Je Vous entends gémir par moment. Voilà ma récompense.

La sonnerie de Votre téléphone N/nous interrompt. Vous ne décrochez pas.

« Tu vas N/nous préparer à manger ? »

Je me lève, me dirige vers la cuisine et commence à préparer le repas. Vous passez Votre appel. Je tente de me faire discrète sur mes talons… Avançant sur la pointe des pieds.

Votre appel terminé Vous me rejoignez dans la cuisine.. Vos mains sur mes hanches… « Mais que tu es bonne !! » me glissez Vous au creux du cou entre deux léger baisers… J’aime me sentir belle et désirée à Vos côtés mon Maître… Surtout en ce moment où je perds mes repères, physiquement. Merci de me rassurer ainsi.

N/nous dînons, discutons, échangeons… Comme à N/notre habitude. Je bois Vos paroles. Je me nourris plus de Vous que du saumon dans mon assiette….

Je Vous admire. Je pourrais rester des heures à Vous regarder Vous mouvoir, à étudier Vos gestes, chaque expression de Votre visage… Je Vous apprend. Et je m’en régale.

Je débarrasse la table. Vous laissant checker mon téléphone : Facebook, et tout autre application que Vous jugez digne d’intérêt.

La nuit est déjà bien avancée…

« va chercher ta voiture » 

Oh ? N/nous sortons ?? Mais il est déjà tard…

Je m’exécute.

Mon collier fièrement autour du cou j’aime traverser la rue, rejoindre le parking, croiser ça et là quelques passants au regard interrogateur ou amusé. Je ne le cache pas. Il n’est pas source de honte… Oh non ! Il est ma fierté… Et ce soir d’autant plus.

Je Vous récupère devant chez Vous et N/nous prenons la route… N/nous n’irons pas très loin. Après un premier petit bois à l’entrée d’autoroute, qui fut épique par la présence massive de chauve-souris… N/nous voilà en retrait sur un petit bosquet non loin de la route. Vous me placez ma laisse. Et, prévenant, Vous guidez mes pas sur ce sol difficile pour moi, qui suis perchée sur des talons inadaptés à une ballade en nature. Votre main glisse dans la mienne, je me rattrape à Vos bras puissants quand je vacille.. Je suis curieuse… Je me doute plus ou moins de ce qu’il m’attend et cela m’excite infiniment.

Ma veste ouverte, ma robe relevée, je déambule, parfois maladroitement, à Vos côtés.

Vous vous arrêtez devant un arbre.

« tes mains ! » 

Je pose mes mains sur le tronc. Vous venez attacher mon poignet droit, puis glisser la corde autour du tronc, puis le gauche. Me voilà à Votre merci, sous la lune.

« c’est l’été mon Maître, l’époque où l’on abandonne Sa chienne dans la nature pour partir en vacances »

Je souris de mon petit trait d’humour, tout en étant incroyablement excitée de la situation.

Vous relevez ma veste, j’ecarte instinctivement mes jambes. Et Vous voilà en moi. Indescriptible sensation. Votre queue me pénétrant, moi attachée à cet arbre, Vos mains sur mes hanches. Je ne résiste pas. Je bouge mon bassin de façon à venir m’empaller plus encore sur Votre sexe que je veux sentir au plus profond de moi.

Vos mouvements de va et viens me font frémir.. Mes jambes tremblent, je suis au bord de l’orgasme… Je Vous dis combien j’aime ça, combien Votre chienne est heureuse et prend plaisir… Je crie mon plaisir, en écoutant le Votre… N/nos corps ne forment plus qu’un. Et je me sens incroyablement liée à Vous. Tant physiquement que par l’esprit. Cet équilibre est une force incroyable qui décuple mon plaisir de façon exponentielle.

Tout Vos gestes sont douceur. Tendresse. Prévenance.

N/nous repartons vers la voiture, N/nous tenant par les hanches pour que je garde mon équilibre.

Une fois rentrée chez Vous, Vous m’indiquer d’aller me doucher.

Une fois terminé, Vous y allez à Votre tour. Je Vous attends. Sur mon tapis. Prête à rentrer.

Songeuse toutefois. Vous imaginer sous la douche me rappelle qu’il y a bien longtemps que je n’ai pas profité des plaisirs de la douche… De pouvoir m’occuper de Vous comme j’aimerais le faire… Être Votre vestale, servant son Maître.

Vous me raccompagnez à la porte.

« Sois prudente. Rentre bien »

Une dernière fois Vos lèvres sur les miennes. Je rentre le sourire aux lèvres. Il ne m’aura pas quitté de la soirée mon Maître.

Je Vous envoie un message pour Vous dire combien je Vous trouve surprenant et combien j’aime le sourire que Vous m’avez donné.

Vous me comblez de ces mots qui raisonnent encore en moi aujourd’hui :

« Merci d’être toi »

Sur le chemin du retour, certaines lectures que j’ai eu me reviennent en flash back… :

« Le Maître est un juste, capable à la fois d’être dur et inflexible, lorsque, la soumise ayant failli à ses devoirs, il est contraint de la punir, mais doux et tendre lorsque la soumise mérite récompense et tendresse. »

Je Vous remercie infiniment pour ma récompense mon Maître. Je pense que ce soir Vous avez voulu me remercier pour la soumise que je suis devenue…Mon cadeau pour célébrer N/nos 6 mois.

Sans Vous pourtant, rien de tout cela n’existerait. Je Vous remercie infiniment et humblement pour Votre éducation qui me comble de bonheur. Merci mille fois d’être ce Maître merveilleux qui sait exactement de quoi j’ai besoin à chaque instant pour avancer encore et encore.

Avec Vous, le champs des possibles me semble infini.

Je Vous aime, au delà de toutes mes limites. Avec Vous, je suis prête à les dépasser.

Votre dévouée soumise
Votre chienne insatiable
Votre salope amoureuse

Sakura.

7 réflexions au sujet de « Séance du 06/07/2017…. Mon cadeau. »

Laisser un commentaire