Séance du 27/07/2017 Partie I :Un Maître, Une soumise, et Une femme.

Ce récit ne sera pas facile à écrire. Du tout.

J’ai attendu un peu, pour prendre du recul. Ne pas l’écrire sous le joug de l’émotion. Mais ma plume sèche… Peut-être que j’en suis la seule responsable. Je ne sais pas, je ne sais plus.

Aujourd’hui, il y a en moi une part de tristesse, une douce mélancolie qui s’installe.

Je l’ai encore déçu, sans nul doute.

Voici le récit difficile de cette soirée :

Ya m’a rejointe afin que nous nous suivions, et que je la guide jusqu’à chez mon Maître.

Nous sommes arrivées sur le parking. Mon corps entier était un séisme. Je tremblais de la tête aux pieds, mon cœur battait si fort que ma poitrine en était soulevée à chaque instant. J’étais incroyablement excitée par l’idée de cette séance. Une séance qui devait avoir le goût du partage : je partagerai une partie de ma vie à mon amie Ya, je souhaitais partager mon amie Ya à mon Maître, la Lui faire découvrir, je souhaitais un réel moment de découverte pour chacun de N/nous, et prouver également à mon Maître que je pouvais N/nous apporter aussi des instants de plaisirs partagés.

Il avait été convenu, semble-t-il, entre mon Maître et Ya qu’elle assisterait à une séance. Elle ne souhaitait pas qu’Il aille trop loin avec elle, et elle se réservait le droit de partir si la séance l’indisposait. Elle craignait de ne pas supporter me voir  » souffrir  » (bien que je l’ai rassurée à de multiples reprises sur le fait que cette souffrance était un pur plaisir pour moi !).

En tout cas, c’est avec cet état d’esprit que nous sommes arrivées chez Lui.

Nous sommes entrée dans le hall du rez-de-chaussée. Il fallait que ce soit elle qui monte en premier. Je devais attendre le signal de mon Maître pour les rejoindre. A peine entrée je reçois ce message de Sa part :

« personne ne t’a dit de venir ! » 

Je ne comptais pas monter avec elle, juste rester en bas. Mais soit, je suis donc ressortie dehors. En petite robe noire, talons de 14 cm et mon collier autour du cou.

J’attendrai 5 longues minutes, sentant sur moi les regards amusés, interrogateurs… Le temps de se saluer, faire brièvement connaissance je suppose.

Ya, je compte sur toi pour me corriger si je me trompe ou pour nous donner ta version des faits également si tu le souhaites.

Au bout de 5 longues minutes, où la pression n’a fait que s’intensifier, je reçois un nouveau message m’invitant à monter.

J’agis comme à mon habitude :je dépose mes affaires, prends place sur mon tapis, et attends que mon Maître me fasse signe de venir le saluer. Je garde les yeux baissés, tentant de retrouver ma paix intérieure, mais je suis submergée par l’instant. Ya est là. Ya me voit. A ma place, celle que je chérie, celle dont je lui parle depuis plusieurs mois… L’entendre et le voir sont deux choses tellement différentes. Mais je ne suis pas craintive. Je sais combien elle respecte mes choix, combien elle m’écoute, combien nous sommes proches.

Puis, soudain, claquement de doigts. J’arrive aux pieds de mon Maître, je me place humblement à Ses pieds, embrasse Ses chevilles. Et attends. Il me redresse légèrement venant m’embrasser pour me dire bonjour. Puis me renvoi à ma place.

Ils sont tous deux assis sur le canapé. Ya ne semble pas mal réagir, je la sens curieuse. Je lui lance un regard complice, elle y répond de même.

Mon Maître se lève pour servir le champagne. J’ai le droit à une coupe. J’en suis ravie et honorée.

Ya demande pourquoi je ne les rejoins pas sur le canapé, je souris à sa question.

« Ma place est ici, à Ses pieds »

Mon Maître m’a préparée quelques crevettes poêlées afin que je mange un peu… Car il est prévu que je fasse le service. Et j’en suis ravie !

Il me demande d’enlever ma robe… Puis peu après, mes dessous. Je suis nue à leurs pieds. Mais fière de ma place. Fière d’être Sa soumise… Ce sentiment me grise infiniment. Ce partage s’annonce complice.

Mon Maître me demande alors si je n’ai rien amené… En effet, j’ai avec moi mon bandeau de cuir noir. Je le Lui donne. Il me le place. Je le sens derrière moi… Ses mains sur moi… Je suis languissante. Curieuse de savoir ce qu’Il me réserve. Un de ses derniers messages m’ayant indiqué qu’Il ne serait pas compatissant avec moi ce soir… Et quelque part tant mieux. C’était ma dernière séance avant ce long mois de vacances loin de Lui, et j’avais extrêmement envie et besoin de ressentir ma condition au plus haut point. Quitte à faire fuir Ya…

Mon Maître vient gentiment me tourmenter avec le martinet… Sagement.. Rien de nature à pouvoir effrayer Ya.

Puis Il me fait me lever. Et m’installe sur la table basse allongée sur le dos.

Il dispose alors sur mon corps ce que je devine être des sushis, et autres sashimi. Mes tétons quand à eux accueilleront le wazabi. Cela me chauffe agréablement.

Ils s’installent tout deux pour dîner. Je n’entend quasiment rien de leurs échanges qui se font à voix basse… Je ne bouge pas. Je sens leurs mains frôler mon corps, leur présence à mes côtés attise infiniment mon désir… J’ai le sentiment d’être trempée… Je le sais. Je le sens. Mon esprit reste toutefois concentré sur ma tâche… Et il me tarde de découvrir la suite du scénario que mon Maître a concocté pour permettre à Ya de découvrir N/notre relation, tellement unique,  N/notre univers si particulier…

Ya m’avait exprimée combien elle était curieuse, bien que légèrement inquiète pour moi. Je souhaitais la rassurer. Qu’elle puisse voir combien ma vie de soumise était ce qui me correspondait parfaitement. Ce qui comblait ma vie vanille au delà de toutes mes espérances.

Le repas semble se terminer. Je les ai entendu taquiner… Mon Maître cherchant à repousser les limites de Ya. La tester. Il la questionne sur elle, sa vie, ses choix. Il cherche à mieux la connaître.

Soudain je sens quelque chose de doux et de froid être pulvériser sur mon intimité : je souris, je reconnais la chantilly. Je suis donc le dessert. Pour Ya. Elle vient donc placer ses lèvres, sa langue sur cette chantilly… Elle la dégustera avec plaisir. Plaisir partagé je ne vous le cache pas.

Mon Maître m’aide à me relever… Il me libère du masque… Et je découvre Ya, entièrement nue. Mon Maître également. Bien… Je connais Son pouvoir de persuasion, et Son besoin de dominer. Je constate qu’Il a réussi à l’amener là où Il le souhaite. Il force mon respect. Je suis en admiration devant N/nos trois corps nus. Et j’attends patiemment la suite des « fesse-tivités »…

1/3

7 réflexions au sujet de « Séance du 27/07/2017 Partie I :Un Maître, Une soumise, et Une femme. »

  1. Ma chère sakura tout d’abord je souhaite vous remercier votre plume m’avait manqué et c’est avec une joie non dissimulée que j’ai pris plaisir à lire votre belle prose.
    Ensuite je me permet de revenir sur votre introduction concernant votre plume justement. Je l’espère sans vous manquer de respect ni à vous ni à votre maître mais posant ici simplement ma pensée. Votre plume est toujours là soyez rassurée et je pense que c’est plutôt un léger soucis d’encre plutôt si je peux me permettre cette réflexion osée… peut être, et je dis bien peut être que votre encrier commence à se vider si on peu dire et que par ses actes votre maître à voulu simplement le rempoter.
    Dans tous les cas il me tarde déjà de lire la suite car si j’ai bien compris ce récit ce fera en 3 parties? (Il me tarde aussi de lire le ressenti de votre amie Ya si toutefois l’envie lui prend de les partager avec nous bien entendu sans bien sûr l’y forcer)

    Et pour terminer se « petit » commentaire sur une touche plus légère, je vous dirait simplement de continuer à écrire avec ce que vous avez de plus beau et de plus rayonnant… votre âme.

    Bien à vous et avec ton mon respect

    Un admirateur assidu

    • Merci monsieur pour votre commentaire.
      Ma plume va et vient au rythme des expériences que mon Maître me fait découvrir.
      Il est mon encre.. Et non je ne suis pas à sec sourire…. J’ai quelques difficultés à écrire les choses qui sont difficiles à revivre. Écrire à ce pouvoir sur moi, revivre l’intensité de mes émotions en séance.
      Et parfois, c’est difficile.

      Je Vous remercie de me suivre et espère vous croiser encore au hasard de mes publications.
      Respectueusement
      Sakura

    • Merci monsieur pour ce doux billet à mon attention.
      Mon âme continuera d’écrire tant que l’encre de ma soumission sera là, présente…

      Lui seul à le pouvoir de briser ma plume ou de la rendre fluide.

      Je vous remercie pour votre présence ici et pour vos partages et commentaires.

      Et je vous félicite pour votre récente « trouvailles » si je puis dire.

      Je vous souhaite à tous deux une belle relation, remplie de découvertes et de plaisirs partagés.

      Respectueusement

      Sakura

  2. Bonjour à vous sakura

    Comme je le disais votre plume me transporte comme à chaque lecture.
    Je ressens bien toutes vos émotions et tout ce que vous voulez nous faire partager par le biais de vos récits. Nous sentons bien ici dans vos mots votre mise à nue de votre âme et de votre intimité intérieure.
    Votre plume est magique et l’encre que vous apporte votre maître l’est tout autant.
    A ce sujet et par l’intermédiaire de ce petit commentaire je me permets de le remercier d’exister et du coup de ce fait de vous permettre d’exister en tant que telle car cela ce sent que vous êtes une soumise dévouée a ses plaisirs. Donc un grand merci à vous Mr le maître de sakura. Je me permets ce petit compliment en espérant que ça ne soit pas déplacé bien entendu.

    Mes respects à vous belle sakura ainsi qu’à votre maître

    Cordialement

    Maître G1
    (car j’ai acquis se titre tout dernièrement du fait de la demande d’une petite soumise qui va je l’espère me combler autant que vous comblez votre maitre)

    • Mes respects à vous maître katsuo
      Ma fidélité envers ce magnifique blog qu’entretient votre dévouée soumise est un régal pour moi car il me permet d’en decourvrir à chaque fois un peu plus sur V/vous et votre histoire que vous écrivez d’une très belle manière à 2.
      Je ne me lasse jamais de lire la magnifique plume de Sakura car elle est très poignante je trouve et l’encre que vous apportez y est pour beaucoup donc je me dois de vous féliciter encore une fois pour ce travail que vous effectuez à 2 en sachant aider votre dévouée Sakura à atteindre des sommets.

      Au plaisir de vous recroiser peut être même pour échanger si le coeur vous en dit et que votre emploi du temps vous le permet bien entendu.

  3. Le progrès vient des erreurs sinon nous ne progresserions pas. Votre Maître s’est laissé emporté par ses émotions mais cela est pardonnable dans la mesure où il en a pris conscience et que vous soyez prête à pardonner. Vous en ressortez grandis, vous connaissez vos limites.

    Chacun voit midi à sa porte, chaque relation est différente et les contextes également. Vous êtes tous deux assez grands pour savoir ce que vous avez à faire.
    Peut être qu’en lisant ces écrits certains Maîtres seront plus vigilants dorénavant et certaines soumises réfléchiront à leurs limites… Pour moi cet article à tout à fait sa place, d’une parce que c’est VOTRE blog et que vous y mettez ce que vous souhaitez et de deux parce qu’une expérience partagée peut être bénéfique.

    Nous envisageons nous aussi un triolisme et votre article nous a permis de prendre en compte certains paramètres

Laisser un commentaire