Archives de tags | place

Séance du 07/06/2018 : Vibrations du corps et de l’esprit.

« On maudit une épreuve, mais on ne sait pas quand elle nous arrive, qu’elle va nous faire grandir et nous emmener ailleurs. On ne peut pas le savoir, la douleur est trop forte pour qu’on lui reconnaisse une vertu. C’est quand la douleur est passée qu’on se retourne et qu’on considère, ébahi, le long chemin qu’elle nous a fait parcourir » – Katherine Pancol.

 

Votre consigne était la suivante:

« Jean moulant, chaussures plates, manteau de cuir et gants ».

A la lecture de ces mots, je me doutais que Vous me réserviez une surprise que j’attendais avec grande impatience. Et l’idée me plaisait beaucoup. Vraiment beaucoup! Elle éveillait en moi non seulement le souvenir mais également le désir… Le désir de la vivre avec Vous, à Vos côtés.
Je Vous ai toutefois demandé la possibilité de prendre une tenue plus « adéquate » pour après la balade. Le port du pantalon en Votre présence n’est pas ce que je préfère je Vous l’avoue. J’aime que mon corps Vous soit exposé, facile d’accès. Vous me l’accordez.

Succession d’essayages pour la tenue en pantalon, qui plus est en chaussures plates (j’aurai opté pour des bottes, car je n’ai que des sandales d’été en plat malgré le nombre impressionnant de chaussures que je possède!). Je me suis apprêtée et j’ai pris la route pour Vous rejoindre.

Je me suis stationnée, jetant un rapide coup d’œil en direction de chez Vous… La lumière du couloir n’était pas allumée. Je verrais bien donc si la porte est ouverte ou pas. Un rapide regard au rétroviseur afin de m’assurer que je sois présentable, et surtout… je passe mon collier. Je le glisse à mon cou, le serre, le caresse. Il est là, il orne mon cou, ma fierté de Vous appartenir. J’ai bien compris que je ne dois plus me présenter à Vous sans lui.
Je sors de la voiture et me dirige vers Votre entrée… Main sur la clenche… la porte s’ouvre. Ouf!

Je monte les marches, prend une dernière grande inspiration pour essayer d’apaiser mes démons intérieurs, et pousse la porte de Votre salon. Vous êtes installé comme à Votre habitude, sur le canapé. Je souris. J’aime Vous voir. Simplement là, Vous savoir près de moi. Ce simple état de fait agit déjà sur mon corps, me faisant frémir de délicieuses envies et autres désirs.
Je dépose mes affaires, et vient prendre place sur mon tapis, à genoux. La position n’est toutefois pas des plus confortable en pantalon et en bottes.
Un léger claquement de doigts :

« A mes pieds »

Continuer la lecture

Séance du 26/04/2018 : Partir en balade.

 

« Je n’arrive pas à me contenter de ce que la vie m’offre. Je ne suis jamais rassasiée. J’aime les débordements, les imprévus. Le mot « impossible », je n’y crois pas. Les limites sont des indicateurs de plaisir. Plus elles sont importantes, plus la satisfaction est grande quand vient le moment de les dépasser. » – Marie Claude Barrette

 

Quel est donc mon état d’esprit au moment où je prends la route pour Vous rejoindre ?
Je vais bien… Malgré N/notre  »dispute » de mardi… J’ai compris beaucoup de choses, mais au fond de moi j’ai peur… Peur de Vous avoir blessé, peur de Vous avoir éloigné de moi plus que je ne le souhaite, peur de ne pas réussir à m’adapter, peur de ne pas réussir à m’épanouir dans N/notre relation, avec cette notion  » d’absence  »… Peur de trop Vous demander, peur de mal faire…
Simplement peur de ne pas être celle qui Vous convient si N/nos besoins, N/nos attentes ne sont pas les mêmes.
J’aime vivre ma soumission comme je la vis, avec Votre présence bien ancrée en moi. J’aime ressentir mon appartenance, j’aime avoir ce sentiment d’exister pour Vous.
Et cette peur que j’ai, là, à cet instant, c’est de perdre mes repères.

Continuer la lecture

29/12/2017: Une Nuit Précieuse

 

 »J’aimerais, avant de m’endormir, entendre les battements de Votre cœur qui bercent mon sommeil…
J’aimerais, avant de m’endormir, ressentir la chaleur de Votre peau contre la mienne…
J’aimerais, avant de m’endormir, entendre Votre respiration apaisée par le repos…
J’aimerais, avant de m’endormir, que N/nos lèvres soient scellées par un dernier baiser…
J’aimerais, avant de m’endormir, que Vos bras m’entourent d’un cocon protecteur…
J’aimerais, avant de m’endormir, avoir la certitude que demain Vous serez encore près de moi. »

 

Mes draps sont encore emprunts de Votre odeur à l’heure où je Vous écris ces mots.

Ce besoin viscéral que j’ai de Vous retrouver encore et toujours, par n’importe quel moyen que ce soit, ici ou ailleurs.

Ce besoin de venir Vous partager l’impressionnante multitude de ressentis, d’émotions qui m’ont traversées hier et encore aujourd’hui.

Tout à commencer déjà Mercredi, subtilement…lorsque je suis montée dans mon train pour rentrer chez moi. A mesure que les kilomètres défilaient sous mes yeux, je savais que je me rapprochais de Vous aussi.
Mais voilà…. Mercredi. Encore deux jours à attendre avant de Vous retrouver, avant de pouvoir me sentir moi, l’unique, la seule que j’aime être vraiment, celle qui n’a ni masque ni faux semblant.

Deux jours qui malgré tout passent relativement vite. L’impatience des premiers temps laissant doucement sa place à une excitation non contrôlée.

Et pour cause: non seulement je savais que Vous m’offriez une nuit avec Vous, mais qui plus est, chez moi. Et le mélange de ces deux choses m’a rendue presque hystérique… Vendredi, à mesure que l’heure approchait, je suis passée par un panel de sentiments aussi vaste que la palette d’un artiste peintre peut l’être… telle l’anxiété (de ne pas Vous voir arriver), le doute (serais-je à la hauteur de Vos attentes), la peur (et si…), le tout mêlé à ces sentiments d’une teinte plus agréable: l’excitation, l’euphorie, la nervosité, l’effervescence…. Comment pouvez-Vous réussir à me mettre dans des états pareils sans même être présent?

Donc malgré les montagnes russes que connaissent mes sentiments, tantôt euphorique, tantôt anxieuse…j’arrive à tout mettre en place à la maison pour pouvoir Vous recevoir convenablement.

Je porte la nuisette noire et rouge que Vous avez choisie parmi celles que je possède, mes bas et talons hauts, comme demandé.

Continuer la lecture

Se retrouver, se re-découvrir.

 

 « Les routes les plus difficiles mènent aux plus belles destinations. »-Anonyme. 

 

Comme Vous Vous en doutez les dernières semaines n’ont pas été des plus faciles.

Depuis cette séance compliquée du 12 octobre, soit presque 3 semaines, N/nous n’avons principalement que parlé, échangé sur N/nos difficultés. Et c’était nécessaire.

J’ai le sentiment toutefois que Vous avez mené une introspection plutôt lourde suite à tout ça.

N/nous avons parlé mots d’alerte, N/nous avons parlé de moi, N/nous avons parlé de N/nous.

Puis sont venues les vacances. Un nouveau temps de réflexion, loin de Vous. 12 jours sans Vous voir.

Continuer la lecture

Séance du 18/05/17

Il était entendu que la séance serait un  »recadrage »: après mes doutes, mes craintes de la veille, que je Vous ai partagé, je pense que cela était nécessaire.
Mais Votre recadrage m’ a surprise ! Je m’attendais à quelque chose de plus dur. Dans Vos mots, dans Vos gestes.

Continuer la lecture