Une journée sans

Aujourd’hui sera un mardi sans Lui.

J’ai cette chance inouïe de ne pas avoir de convocation, mais de savoir à l’avance que je le verrai le mardi midi et le jeudi soir.

Je ne peux pas à proprement parler de séance pour le mardi midi, car N/notre temps est relativement court, mais suffisant pour toutefois Lui prouver ma soumission, et j’arrive suffisamment « prête »  pour qu’il puisse se rendre compte de mon désir de Lui.

Mais voilà, les impondérables de la vie quotidienne font que parfois Il ne peut pas me recevoir.

Aussi aujourd’hui, c’est une journée sans : sans Lui, sans N/notre repas, sans N/nos échanges, sans Son corps, sans moi à ma place, sans Son regard posé sur moi. Son regard qui m’apaise, me rassure. Je m’y noie, j’y puise soit son adoubement, soit sa contrariété à mon propos. Mais son regard est ce dont j’ai besoin pour savoir où j’en suis.

Donc point de regard aujourd’hui.

Alors oui, je suis en attente. Je me languis. Je ressens Son vide, Son absence. Mon corps Le réclame. Mon cœur se serre dans ma poitrine. Mon âme est en peine.

Et autant je ressens ce vide avec force, autant je sais qu’Il le comblera bientôt.

Alors je prends sur moi. Je patiente. Je sais que ce n’est pas une punition. Je gère mes douleurs intérieurement, mon état de manque.

J’ai besoin de Lui. Intensément. Besoin de Ses mains sur moi, besoin de Sa peau contre la mienne, besoin de me sentir à ma place, à Ses pieds, besoin de me lover contre Sa cuisse.

Aujourd’hui en déséquilibre, mais je me dis que N/nous le subissons tout les deux, mais demain je serais en attente. Alors je réfrène mon manque de Lui, et je le laisse m’envahir, car je sais que bientôt, à Ses pieds Il viendra combler ce manque, avec la force qui Le caractérise.

« Tic tac
Diabolique est mon ange
Tic tac
Plus rien ne N/nous dérange
La claque
Bien contre lui et tangue
Tic tac
On s’est aimé à s’y méprendre

Tic tac
Diabolique est mon ange
Tic tac
Plus rien ne me dérange
La claque
Suis contre Lui et tangue
Et là
S’agenouiller et puis s’éprendre »

Tic tac encore,
Tic tac je compte,
Tic je m’approche,
Tac à chaque seconde un peu plus près de Vous.

Mes respects mon Vénérable Maître
Votre dévouée soumise
Sakura.

Laisser un commentaire